RSS

LE PHÉNOM’AIME QUI MÈNE: OH J’AIME ! EN SUIS-JE SÛR ?

“Vous serez haïs de tous, à cause de mon nom. (Luke 21: 17 – LSG)”

Après des mois d’observation et d’analyse, j’ai constaté un phénomène tout nouveau sur les réseaux sociaux qui n’a sans doute laissé personne indifférent. Ce phénomème a fait son apparition avec les mots “j’aime” ou “like”. Normalement, on pouvait croire que ces vocables avaient rapport avec la qualité d’une publication quelconque, sa teneur, sa pertinence. Mais ,si au tout début les choses se passaient apparemment ainsi, au fur et à mesure que le temps passe, leur sens évolue et ils subissent d’énormes changements. De nos jours, le verbe aimer en langage RS (réseaux sociaux) n’a pas toujours rapport avec la teneur ou la qualité d’une publication que ce soit une vidéo, un chant ou une photo. Ce petit “like” ou “j’aime” coûte beaucoup plus cher qu’on le croirait. C’est une nouveau moyen de paiement, une sorte de couronne de gloire, un signe de popularité. Il ne faut surtout pas s’attendre à le voir au-dessous  de n’importe quel article ou publication. Le “j’aime” est définitivement un outil dont on se sert pour exprimer d’abord sa propre existence, pour faire sa propre promotion. C’est donc une nouvelle forme de billet de banque que l’on ne sort pas à tors et à travers ou n’importe comment de son porte-feuille. Avant de cliquer, on observe  ce que cela peut rapporter et si c’est bien la place idéale pour se mettre en valeur, attirer l’attention sur sa propre personne.

Je vous propose ce petit test: “Allez dans votre liste d’amis ou contacts votre réseau préféré, vérifiez bien le nombre. Parmi cette quantité, observez bien le nombre de personnalité, de pasteurs, d’artistes, de spécialistes de tout genre, de croyants confirmés, etc. Essayez de comparez la présence des gens qui réagissent sur vos publications au nombre des personnes que vous avez comme amis. À votre grande surprise, vous verrez, en jetant un oeil sur d’autres profile que les “likes” et le commentaires dépendent surtout de la position sociale, du physique, des études voire l’endroit ou vivent les gens.

Un artiste, un homme politique ou un pasteur très connu peu un beau matin en se réveillant poster sur son mur un message très banal du style: “Bonjour les amis, petit déjeuner délicieux…” ou encore: “Journée de bronzage à la plage” ou encore: “Petite ballade à Paris”. Et dans les secondes qui suivent ce post, les likes et les commentaires tombent comme de la grêle du ciel. L’on peut se demander: “Mais qu’est-ce qui a d’édifiant, de surprenant dans ces simples phrases confirmant un état purement temporaire et éphémère? Comme nous venons de le signaler, ces likes sont comme des pastilles colorées que les amis (es) collent sur ces publications pour faire leur propre publicité. Sans utiliser de longues phrases, ils disent silencieusement: “Regardez, un tel ou untel est mon ami, je figure sur son profil, on y lit même mon commentaire. N’est-ce pas chouette?

Une vidéo ou une photo postée par un inconnu mais qui peut faire mourir de rire obtiendra des milliers de likes et des commentaires aussi hilarants que la publication.
C’est actuellement l’un des critères qu’utilisent certains réalisateurs pour sélectionner les artistes de demains. Il leur suffit d’en collecter une quantité étonnante pour qu’ils confirme leur notoriété. Mais où se situe le petit chrétien par rapport à tout cela?

Nul besoin de vous dire que toute cette hypocrisie crée un climat ou la jalousie et l’orgueil ne peuvent pas s’offrir le luxe d’être absentes. Comment voudriez-vous qu’un mur où les likes foisonnent et où les commentaires tombent comment les arbres de l’Amazone ne déclenche pas un peu de jalousie d’une part et de l’orgueil d’autre part? Seuls ceux qui sont bien imbus de leur objectif ainsi que des réalités du paysage, sauront prendre les choses avec prudence et beaucoup de recul.

Quelle doit donc être l’attente du croyant qui veut utiliser cette outil moderne de communication comme une aide pour son mynistère, sans se laisser prendre dans ce piège? L’important est de ne pas travailler pour attirer l’approbation de la foule. Depuis le temps des prophètes, en passant par celui de Jésus et de ses disciples jusqu’à aujourd’hui, l’admiration n’a pas été du côté des porteurs de la vérité. Si dans certains cas elle a pu l’être, c’était à titre provisoire ou temporaire. Une homme de Dieu couvert de gloire depuis ici-bas doit impérativement s’interroger sur sa gloire à venir. Jésus n’a jamais promis l’admiration de la foule à ses disciples. Il les a au contraire préparés pour accueillir à coeur joie la haine, la perscution, la prison et même la mort à cause de son nom: “Souvenez-vous de la parole que je vous ai dite: Le serviteur n’est pas plus grand que son maître. S’ils m’ont persécuté, ils vous persécuteront aussi; s’ils ont gardé ma parole, ils garderont aussi la vôtre.”

Êtes-vous parfois tentés de prendre un peu de temps pour compter vos likes vos dislikes et vos commentaires afin de vous positionner par rapport aux autres: qui es le plus aimé, le plus connu, qui a plus de côte? Pense à la grosse erreur de David quand il a décidé de faire le comptage de tous les soldats de son armée. Une opération apparemment anodine qui a pourtant provoqué la colère de Dieu. Toute opération qui consiste à renforcer notre moi, mettre en évidence nos réalisations personnelles, nos exploits, nos succès bref, notre propre gloire, ne sera nullement vue du ciel. Notre relation avec le Seigneur, notre écoute de son Esprit habitant dans nos coeurs nous permettra de comprendre quand la ligne est sur le point d’être franchie.

Que Dieu dans sa grâce nous aide à nous positionner par rapport au tendances de notre société présente dans le cercle des croyants mais glorifiant peu son nom ! Aimons-nous les uns les autres, encourageons et exhortons-nous mutuellement en faisant attention pour ne pas transformer nos relations en fond de commerce avec les “likes” comme du vrai likide (liquide). Que Dieu dirige nos coeurs vers la connaissance de son amour, le vrai, afin de pouvoir aimer comme Il nous a aimés et nous aimera éternellement !

Qu’il en soit ainsi !

Amen !

Nous attendons votre visite sur nos sites:

La radio: http://www.radioeben-ezerinternationale.com

Le podcast: http://www.radioeben-ezerinternationale.podomatic.com

 
Leave a comment

Posted by on September 1, 2015 in Uncategorized

 

TRIOMPHE PASCAL

TRIOMPHE PASCAL
Elle est vide la tombe où gisait le Maître, la Vie !
Comme Il l’a annoncé: la mort n’a nul pouvoir sur Lui.
Il est sorti vainqueur de ce combat libérateur
Qui donne accès au ciel à nous qui étions des pécheurs.

Satan a fait la fête en le voyant sur cette croix.
Pour lui, c’était la fin du salut, son sujet de joie.
Mais, oh alléluia, son calcul était erroné,
Le plan du Créateur jamais ne pouvait échoué.

Chantez ! Dansez chrétiens ! Le Roi est désormais vivant.
Il règne dans les cieux les yeux rivés sur Ses enfants.
Là, auprès de Son Père, Il intercède en leur faveur,
Balayant les mensonges du Diable, l’accusateur.

Il reviendra bientôt comme Il l’a un jour annoncé,
Non comme un doux Agneau mais en un Lion courroucé.
Ceux qui ont méprisé Sa grâce au moyen de la foi
Seront tous condamnés pour l’éternité cette fois.

Merci, ô Rédempteur, pour l’oeuvre parfaite et bénie
Que tu as accomplie afin de nous donner la vie !
Reçois ce doux parfum de notre sainte adoration
Auteur incontestable de notre justification !

Auteur Franck DORISTIL
Matin du 5 Avril 2015
29665161_10214046764994537_5598256931977067957_oMon site: http://www.radioeben-ezerinternationale.com

 
Leave a comment

Posted by on April 6, 2015 in Uncategorized

 

UNE QUESTION DE COEUR, DU PRIVÉ ?

LA MÈRE DE LA HONTE DES HONTES N’EN EST PAS POURTANT PAS UNE:

Quelle serait notre réaction en tant que professionnels rigoureux, si un jour, l’un de nos chers contacts vient à poster ce qui suit: « Bonjour les amis, en ce début d’année, j’ai décidé d’abandonner le chocolat sous toutes ses formes, ainsi que la cigarette, pour me mettre au sport. Je compte sur votre soutien. » ? Nous mettrons-nous à le gronder, en parler à son supérieur hiérarchique, voire aller porter plainte pour révélation de vie privée sur un réseau professionnel ? Pourtant, c’est bien quelque chose qui a rapport avec son corps, son bien le plus intime. 

Bon, et si le lendemain, juste par hasard, un autre, après un week-end prolongé, commençait sa publication en ces termes: « Bonjour mes précieux contacts ! Je voulais pas vous le dire mais j’ai enfin craqué. Vous savez ? Comment vous le dire ? Euh… en fait, euh… J’ai donné mon coeur à… Je suis vraiment gêné. Je ne sais pas comment vous allez le prendre. Oui, j’ai donné ma vie à J… » Non ! Franchement j’arrête. » 

D’après vous, pourquoi ce dernier est-il si embarrassé ? Devrait-il en être ainsi ? Pourquoi acceptons-nous que les autres parlent librement de ce qui concerne leur corps et leur interdisons-nous en même temps de faire la moindre allusion à ce qui touche à l’âme, leur âme ? Cette attitude fait-elle justice à cette liberté qui nous est si chère ? 
Vous avez tous deviné que ce nom que notre contact avait si peur de mentionner n’est pas si embarrassant que çà. C’est une personne qui a marqué l’histoire et à laquelle nous faisons tous allusion quotidiennement sans le savoir peut-être. En effet, lorsque l’on dit par exemple: Aujourd’hui, nous sommes en 2020 ? Qu’est-ce que cela sous-entend ? Nous voulons dire tout simplement: Cela fait deux-mille-vingt années depuis qu’un certain Jésus (C’est bien de Lui que voulait parler la deuxième personne) était venu dans ce monde. Le saviez-vous ?

Sans encourager les nuisibles extrêmes, il est utile à ce nous accordions aux autres la liberté d’exprimer leur joie de vivre même quand cela toucherait au spirituel, tant que leurs propos ne vont pas à l’encontre des lois établies. Sinon, nous nous trouverons dans un monde d’hypocrites qui nous réservera encore plus de surprises. En effet, certains ont fait par ignorance des choix spirituels très embarrassant pour leurs familles. S’ils s’étaient sentis libres d’en parler, ils auraient sans doute trouvé de sages conseils avant de s’y aventure, ou même jeter l’éponge. À cause de nos interdits, nous poussons, malgré nous, nos pairs dans des précipices. Mais hélas ! Qui va me croire ? ». 

Auteur Franck DORISTL 

De la Philosophie Rustique ou Paysanne 

Écrit dans deux trains (deux bureaux😀)

 
Leave a comment

Posted by on January 24, 2020 in Uncategorized

 

UN TRÉSOR LITTÉRAIRE INCOMMENSURABLE

UN TRÉSOR LITTÉRAIRE INCOMMENSURABLE: 

« En lisant et relisant le troisième chapitre de la première épître de Paul au Corinthiens, alors que j’avais quelque chose de très précis en tête, une légère distraction (une toute petite) m’a permis de réaliser la gigantesque portée de sa richesse littéraire. Le passage est tellement parsemé de figures de style qu’il serait considéré comme du jargon par quelqu’un (peu importe son intelligence) qui n’a jamais ouvert une Bible ou qui en ignore ses doctrines de bases. Dans mon émerveillement, je me demande comment un texte si ancien peut contenir de si rares perles grammaticales ? Je peux comprendre les propos du théologien Henri BLOCHER au sujet de la vaste lacune intellectuelle que crée l’absence des Saintes Écritures dans le cursus scolaire de certains pays du monde. 

Je conclus avec un extrait de cette merveille:

«Moi, j’ai planté, Apollos a arrosé, mais c’est Dieu qui faisait croître. Ainsi, ce n’est pas celui qui plante qui importe, ni celui qui arrose, mais Dieu, qui fait croître. Celui qui plante et celui qui arrose ne sont qu’un, mais chacun recevra son propre salaire selon son propre travail. Car nous sommes des collaborateurs de Dieu. Vous êtes le champ de Dieu, la construction de Dieu. Selon la grâce de Dieu qui m’a été accordée, comme un sage maître d’œuvre, j’ai posé les fondations, et quelqu’un d’autre construit dessus. Mais que chacun prenne garde à la façon dont il construit.»

‭‭Première aux Corinthiens‬ ‭3:6-10‬ ‭NBS‬‬

De  Franck DORISTL 

Édito très perso

 
Leave a comment

Posted by on January 22, 2020 in Uncategorized

 

FOURNISSEURS DE SERVICE ET CLIENTS : QUELLE RELATION ?

QUEL RAPPORT AVEZ-VOUS AVEC VOS FOURNISSEURS DE SERVICE:

« Pour fonctionner dans la vie quotidienne, nous avons besoin d’un tas de services, des choses que nous ne pouvons jamais faire seuls, peu importent nos compétences. Que seraient nos journées sans l’aide du facteurs, du fournisseur d’électricité, du gaz et de l’eau, celui de l’internet, de l’opérateur téléphonique ? Certains diraient: « Allez ! C’est pour mon argent ! » Mais ils oublient que si avec leur argent ils ne pourront rien sans eux. Même en s’offrant un groupe électrogène dernier cri, un moyen de communication indépendant, une boite postale personnelle, à un moment ou un autre l’urgence pointera son petit nez. Et, même avec beaucoup de gêne, il faudra aller, en rougissant, frapper à leur porte.

Pourtant, votre relation avec ces partenaires peut manquer un petit plus, ce côté humain où devaient régner le respect, la courtoisie et même un brin d’humilité. Comment réagissons-nous quand surgit un problème technique ? Est-ce plus facile de traiter le fournisseur de service d’incapable, de malhonnête, en oubliant tout le temps où tout allait bien et même très bien ? Quand vous leur appelez pour demander de l’aide, commencez-vous par râler, gronder et en jurant sur la tête de votre seul petit chiot ? 

C’est quelque chose qui doit faire l’objet de toute une émission, car dans ce monde invisible qui se situe entre vous et ces institutions ou/et sociétés, il peut avoir des blessures très profondes qu’il faut un jour oser soigner. Car, à l’autre bout du fil, les gens qui nous écoutent, nous répondent et nous conseillent sont des êtres humains comme nous qu’ils soient des sous-traitants basés dans d’autres pays ou pas. Pour leur faciliter la tâche et les rendre plus efficace, témoignons-leur un peu de gratitude ! Parlons-leur avec un peu plus de respect et de politesse ! Ce n’est pas un péché.

Auteur Franck DORISTL 

De la Philosophie Rustique ou Paysanne 

Pour écouter ma radio : https://rceichannel2016.airtime.pro/embed/player?stream=s2&skin=2&fbclid=IwAR3xzhfjhuy8sS_PUZn1M2bLgoEo7T7olGFDZ9vkxx8W0OJGLRR2W5jeUDM

 
Leave a comment

Posted by on January 22, 2020 in Uncategorized

 

AIMEZ-VOUS DE LA NOURRITURE SOLIDE ?

ÉDITO TRÈS TRÈS TRÈS PERSO:
«Je vous ai donné du lait, non de la nourriture solide, car vous ne pouviez pas la supporter; et vous ne le pouvez pas même à présent, parce que vous êtes encore charnels.» 1 Corinthiens‬ ‭3:2‬ ‭LSG‬

Chers lecteurs, chères lectrices, lorsque l’apôtre Paul nous parle de nourriture solide ou consistante, certains pensent qu’il s’agit surtout de ces doctrines complexes qu’un croyant moyen n’arrive à comprendre difficilement qu’après plusieurs séances suivies avec une impeccable régularité. En tout cas, s’il y a une part de vérité dans cette position, tout n’y est certainement pas. La nourriture solide est, dans bien des cas, ce sermon (message ou prédication) qui fait râler, met mal à l’aise, révolte et met en furie certains membres du Corps. C’est souvent une invitation à la croissance spirituelle en abandonnant des pratiques jusqu’ici chéries des plus réfractaires. C’est une main tendue vers ceux et celles qui chevauchent entre le monde des ténèbres et la lumière, sans avoir le courage de faire le bon choix. C’est un mégaphone annonçant l’imminence du jugement dernier et la condamnation prochaine de ceux qui persistent dans leurs pratiques douteuses. Cette nourriture solide est tout simplement une invitation à vivre une vie mise à part pour Dieu.

En effet, à quoi servirait-il à quelqu’un de maîtriser parfaitement toutes les doctrines de la Bible s’il continue à vivre ou à se conduire comme les païens ?
Une église dont les membres ne sont prêts à écouter que les gentils pasteurs de la Mission mère ou de l’Association, en écartant tous ceux qui risquent de les déranger, ne fait malheureusement que de favoriser la précarité spirituelle en son sein.

« Dans cet ordre d’idées, disons qu’il est extrêmement important à ce que l’église d’aujourd’hui établisse la différence entre le rôle d’un prophète et celui d’un sacrificateur. Cette clarification l’aidera ne oas confondre un pasteur à simple prédicateur ou un évangéliste. Le pasteur a pour principale mission d’aider le peuple à vivre comme Dieu le désire, en usant de patience, de compassion et de bonté envers les brebis. Il lui donne son repas bien à petite dose, à petite bouchée, en caressant ceux qui font semblant de ne pas avoir faim, pour leur faire avaler juste une bouchée, pas plus comme s’il leur disait: « Mange bébés ! Mange ! Papa sera content. » Tandis que le prédicateur dans son travail à l’aspect prophétique, transmet la parole comme il la reçoit en mettant en évidence l’amour de Dieu et sa justice. La brièveté de son passage fait qu’il peut en profiter pour donner toute une provision, répulsive pour les estomacs paresseux ou enfantins. Les gens auraient toujours voulu que ce dernier ait la même approche que leur berger respectif, ce qui est impossible, étant donné la différence de leur appel ou leur mission. Le jour où cette lumière sera partout faite, nous aurons un peu plus de tolérance envers et de respect pour l’un comme pour l’autre. Mais encore, qui osera me croire ? »

Auteur Franck DORISTL
De la Philosophie Rustique ou Paysanne

 
Leave a comment

Posted by on January 21, 2020 in Uncategorized

 

AU SUJET DE L’EXAUCEMENT DES PRIÈRES

PAS D’EXAUCEMENT SANS ACCORD

Je vous dis encore que, si deux d’entre vous s’accordent sur la terre pour demander une chose quelconque, elle leur sera accordée par mon Père qui est dans les cieux.Car là où deux ou trois sont assemblés en mon nom, je suis au milieu d’eux. (Matthew 18: 19 – 20 – LSG)”

 

UNE HISTOIRE VRAIE

J’étais en train de faire quelque chose d’une grande importance méritant de la concentration et de la patience, lorsque l’un de mes fils m’interpella ainsi, d’un air tout déçu: “Papa, à chaque fois que je trouve une musique et que j’essaye de la jouer sur le piano, çà sonne différemment, ce n’est jamais la même chose.” Sachant bien qu’est-ce qui pouvait en être la cause, j’ai commencé à lui faire un petit discours du style: “Tu n’es pas obligé d’entendre la même chose. Il suffit de bien écouter la mélodie, identifier les notes et les reproduire. C’est peut-être le piano de l’internaute qui n’était pas accordé.” Mais, j’ai compris que je parlais dans le vide. Et sans aller plus loin, on a été à la page où se trouvent les paramètres de l’instrument pour voir de quoi il s’agissait. Sans surprise aucune, j’ai constaté que notre instrument était désaccordé d’un demi-ton. Nous avons donc pris le curseur pour ramener la valeur à la normale et pour finir, j’ai tapé sur une ou deux notes pour voir le résultat. Et soudain, le jeune-homme a retrouvé son sourire et m’a dit: “Merci papa !” Tout est bien qui finit bien

ET L’ON PRIE ENCORE ET ENCORE

Aujourd’hui, beaucoup de prières sont adressées à Dieu par des croyants ici et là. Des personnes seules, des conjoints, des membres d’église, des groupes de collègues, des camarades de classe vont se donner rendez-vous pour un temps de prières. Pourtant, une chose que l’on oublie bien trop souvent, c’est qu’il est absolument indispensable à ce que l’on s’accorde pour que l’exaucement soit garanti. Étant le Créateur de la musique, de l’harmonie et de la symphonie, notre Dieu ne se complaît nullement dans des prières qui lui sont adressées dans la dissonance et la cacophonie. Le moindre écart dans les relations suffit pour éliminer l’efficacité d’une prière et empêcher le Père céleste d’en tenir compte. La parole de Dieu nous met même en garde contre toute tentative de faire autrement. C’est la seule personne avec laquelle il ne faut surtout pas essayer la ruse, la tromperie ou la tricherie, et cela  dans quelle que soit situation y compris dans la prière. Voici ce que nous a dit Jésus lui-même à ce propos: “Si donc tu présentes ton offrande à l’autel, et que là tu te souviennes que ton frère a quelque chose contre toi,laisse là ton offrande devant l’autel, et va d’abord te réconcilier avec ton frère; puis, viens présenter ton offrande.Accorde-toi promptement avec ton adversaire, pendant que tu es en chemin avec lui, de peur qu’il ne te livre au juge, que le juge ne te livre à l’officier de justice, et que tu ne sois mis en prison … 
(Matthew 5: 23 – 25 – LSG)
.  Ne pouvons-nous pas le dire aussi de cette façon: “Si jamais tu dois exécuter un morceau de musique avec ton frère, avant même de monter sur scène, assurez-vous d’abord que vos deux instruments sont bien accordés. Avec moi, votre cacophonie ne passera jamais.” 

DES PRIÈRES DANS LA DISSONANCE TOTALE

Voilà ce qui se passe, frères et soeurs, lorsque nous ouvrons nos lèvres pour prier avec des sentiments de haine, de colère, d’aversion, de mépris ou de jalousie envers la ou les personnes avec qui nous prions ou d’autres personnes. Et, qu’est-ce qu’on ne prie pas dans nos églises et dans nos familles ! En fait, ce ne sont pas les prières qui manquent. On ne s’entend pas, on ne se parle pas, on ne se supporte même pas, on se déteste, mais rien ne nous empêche de prier ensemble sans penser à régler les problèmes faisant obstacle à l’exaucement de nos prières. C’est facile ! Et même trop facile. 

Mais en fait, s’attend-on vraiment à des exaucements pour ces prières ? Si oui, pense-t-on à la condition imposée par notre Seigneur ? Se rend-on toujours compte que l’on s’adresse au Dieu tout-puissant, omniscient et omniprésent ? Ceux et celles qui s’attendent vraiment à l’exaucement de leurs prières ne peuvent pas se permettre de nier ou d’ignorer ce principe inhérent à l’acte de prier, le B-A BA même de la prière: l’accord, l’harmonie. C’est la condition sine qua non de l’exaucement. Ceux qui croient pouvoir court-circuiter ou contourner cette règle se trompent eux-mêmes. Selon les Écritures Saintes, il semblerait que Dieu s’intéresse bien plus à la relation d’amour existant entre ses enfants qu’à leurs prières. La raison est que c’est elle qui leur donne un vrai sens et en détermine la suite. L’amour, est le parfum qui doit embaumer nos prières. Absent, ce sacrifice reste inodore, inacceptable, inefficace.

LA CHASSE AUX FAUSSES NOTES

Vu la gravité de la situation, il semblerait que les responsables de certaines églises devraient passer plus de temps à aider leurs membres à accorder les instruments en désaccord qu’à planifier les concerts et les grands spectacles. C’est tellement facile de jouer l’hypocrite en prononçant d’éloquentes prières. Cela ne sert à rien d’offrir à Dieu d’incessants concerts (de grandes réunions de prières avec nos coeurs en désaccords). Lorsqu’on est conscient que quelque chose ne va pas, il ne faut pas le couvrir et faire comme si de rien n’était. Se contenter de chuchoter tout le temps : “Ici on marche sur des oeufs” sans rien faire, n’est pas ce que Dieu attend des siens. Avec le secours du Seigneur, la vraie démarche consiste plutôt à oeuvrer en vue de la consolidation ou la restauration des liens fragilisés. L’harmonie, la communion doit être rétabli en vue de l’exaucement. L’importance de l’harmonie dans l’église est due au fait qu’il s’agit d’un corps. Un vrai agencement des membres est indispensable pour son fonctionnement. Il est vrai que certains auraient mieux préférer se débarrasser une fois pour toute de l’instrument dissonant que de faire appel à un accordeur ou â l’Accordeur par excellence. Toutefois, cette attitude n’est nullement  dans l’avantage du Corps. Un instrument restauré sonne souvent mieux qu’un neuf à peine sorti de son emballage. C’est ce qui explique le coût vertigineux de certains vieux instruments centenaires ainsi que l’intervention d’un accordeur. 

L’apôtre Pierre qui a été formé aux pieds de notre Seigneur Jésus n’a pas un autre discours. En s’adressant aux conjoints, il a, lui aussi, mis l’accent sur la fluidité de la relation, la bonne entente et  surtout cette harmonie qui doit exister entre les conjoints, afin que rien ne fasse obstacle à leurs prières. Dieu nous demande certes de prier sans cesse, de faire en tout temps toutes sortes de prières et de supplications, mais Il ne nous a jamais dit que c’était sans condition. Avant de commencer à se plaindre de l’absence de réponse à ses prières, mieux vaut commencer par faire l’inventaire de ses relations pour voir si tout est en règle. Car, peu importe la distance que l’on est par rapport à l’autel, il vaudra mieux déposer faire demi-tour pour aller tout mettre en ordre avant d’offrir son sacrifice comme nous l’a enseigné le Seigneur Jésus Lui-même dans ce passage: “Si donc tu présentes ton offrande à l’autel, et que là tu te souviennes que ton frère a quelque chose contre toi,laisse là ton offrande devant l’autel, et va d’abord te réconcilier avec ton frère; puis, viens présenter ton offrande.Accorde-toi promptement avec ton adversaire, pendant que tu es en chemin avec lui, de peur qu’il ne te livre au juge, que le juge ne te livre à l’officier de justice, et que tu ne sois mis en prison.”
(Matthew 5: 23 – 25 – LSG)

 
Leave a comment

Posted by on November 18, 2019 in Uncategorized

 

UNE BELLE LEÇON POUR LES LÂCHES

DES  DISCIPLES QUI PRENNENT DES RISQUES PAR AMOUR POUR LEUR MAÎTRE:

«Lorsqu’ils approchèrent de Jérusalem, près de Bethphagé et de Béthanie, vers le mont des Oliviers, Jésus envoya deux de ses disciples en leur disant: «Allez au village qui est devant vous. Dès que vous y serez entrés, vous trouverez un ânon attaché, sur lequel personne n’est encore monté. Détachez-le et amenez-le. Si quelqu’un vous demande: ‘Pourquoi faites-vous cela?’ répondez: ‘Le Seigneur en a besoin’, et à l’instant il le laissera venir ici.» Les disciples partirent; ils trouvèrent l’ânon attaché dehors près d’une porte, dans la rue, et ils le détachèrent. Quelques-uns de ceux qui étaient là leur dirent: «Que faites-vous? Pourquoi détachez-vous cet ânon?» Ils répondirent comme Jésus le leur avait dit, et on les laissa faire. Ils amenèrent l’ânon à Jésus, jetèrent leurs vêtements sur lui, et Jésus s’assit dessus.»

‬‬‭‭Marc‬ ‭11:1-7‬ ‭S21

UNE BELLE LEÇON POUR LES LÂCHES:

Alors que Jésus traversait la période la plus turbulente de sa vie terrestre à l’approche de sa mort qu’Il a annoncée maintes fois à ses disciples, le voici confier à deux d’entre eux une très rare et difficile mission: « lui fournir une monture pour son voyage en direction de Jérusalem ». En lisant ce passage, si l’on ne se focalise que sur les triomphes ou les souffrances sui l’attendaient, on risque de passer sous silence les précieuses leçons que ce beau texte peut nous enseigner. Car, à côté de ce Jésus, le Fils de Dieu imbus de sa mission, décidé d’aller jusqu’au bout, il y avait également ses disciples qui étaient dans un grand effroi, ne sachant pas ce qui les attendait plus loin, à leur arrivée à Jérusalem. Il est vrai que certains ont déclaré être prêts à mourrir avec leur Maître, dans l’immédiat, leurs propos n’étaient que des paroles en l’air. Ce n’était pas pour eux le bon moment de parler de la sorte.

Ce n’est sans doute pas sans la peur au ventre qu’ils devaient partir sous l’injonction du Seigneur à la recherche de cet ânon dont ils ignoraient tout. Leur obéissance, donc leur foi, allait être mise à l’épreuve. Par ailleurs, bien plus que de l’obéissance, il est aussi question d’humilité, puisqu’à aucun moment il n’a pas été précisé dans « leur description de tâche » qu’ils auront à procurer une monture gratuitement à leur Maître. Il leur état promis de devenir des pêcheurs d’hommes, des chasseurs de démons, des guérisseurs de malades, etc. Quant à celle-ci, pourvoyeurs de montures, rien n’a été dit.

Nous n’avons aucune précision sur la longueur du chemin qu’ils ont parcouru pour arriver jusqu’à l’ânon en question, mais nous pouvons imaginer ce à quoi ils pensaient. Ce n’était nullement (sauf erreur de ma part) avec une pleine assurance et en pavanant qu’ils s’y étaient rendu. Ils se sont sans soute fait tout petits, se rendant presque sur la pointe des pieds pour ne pas éveiller de soupçon.  En essayant de transposer le contexte, c’était en fait comme deux inconnus qui s’approchaient d’une voiture, qui ne leur appartient pas, dans le but de la faire démarrer et la conduire vers leur patron qui « en avait besoin ». Pour les disciples, c’était une situation embarrassante et gênante. Mais, l’ordre était irrévocable, il n’était nullement question d’alternative. Il devait ramener l’ânon au Maître sans aucun hésitation. Et c’est passé vraiment comme prévu. Leur Maître savait exactement comment allait se dérouler la scène. Irréfutable preuve de l’omniscience et de l’omniprésence du Seigneur Jésus-Christ, donc sa divinité.

Quel simple homme peut oser prévoir à l’avance le dénouement final d’une démarche comportant autant de risques ? Qu’il lève la main pour se faire remarquer.

Nous comprenons aussi le fait que le disciple doit faire preuve de polyvalence et de flexibilité dans l’œuvre du Seigneur. Il est important de ne pas s’attacher à une étiquette ou une casquette spéciale quand on veut de tout coeur servir le Christ. À n’importe quel moment, Il peut surprendre son serviteur par une « mission flash » pour la bonne cause du royaume. En disant cela, je pense au moment où, fatigué après un voyage, il s’était arrêté au près d’un puit et les envoya lui acheter de quoi se nourrir, ou encore d’aller à la mer pêcher un poisson pour prendre de l’argent dans sa bouche afin de payer les impôts.

Disciples du Seigneur, êtes-vous figés à votre poste de docteur, d’enseignant, de prédicateur, de musicien, de membre de conseil sans la moindre flexibilité ? Ou, êtes-vous prêts à sacrifier votre moi, votre crainte du qu’en dira-t-on, pour aller là où le Maître vous enverra ? Dans certains cas, la mission sera ponctuelle, instantanée ou temporaire. Mais dans d’autres, ce sera de longue durée voire définitive. Quoiqu’il, advienne, l’important à ses yeux n’est pas seulement votre fidélité à votre appel initial. C’est aussi, voire surtout, votre obéissance aux « petites missions ponctuelles comme par intérim. Des fois non rémunérées, très peu gratifiantes et même rabaissantes selon la chair, du point de vue des mortels que nous sommes.

Que Dieu nous donne ce coeur humble et obéissant qui nous permettra d’être exactement là où Il décide de nous envoyer ou placer pour sa seule gloire ! Amen !

Auteur Franck DORISTL

Pasteur pour la RCEI Ministries

 
Leave a comment

Posted by on November 11, 2019 in Uncategorized

 

MAVILAMWA (Un plan déjà tracé, 22 Oct. 2019)

MAVILAMWA (Édition du 22 Oct. 2019)

DÉJÀ TRACÉ…

Bonjour ! À l’approche de mon premier train ce matin, je me hâtais pour aller me positionner sur mon siège préféré, lorsque, jetant un coup d’œil vers l’une des barrières principales, j’ai vu plein de grillage, et de débris de matériaux sur le sol. Et, cette scène se répètent un peu partout sur le quais le rendant du coup peu attrayant. La chose étonnante est que personne ne se plaint, ni ne râle (même si j’ignore ce qui se passe dans les coeurs). Personne ne lance d’appel à manifester pour un arrêt immédiat des travaux (un peu gênants quand même, pour être sincère). La raison est que tout le monde sait que ce n’est que temporaire. Bientôt, leur petite gare de campagne sera « toubo ». Les ouvriers toujours discrets et ne travaillant que pendant les heures creuses ne font qu’exécuter à la lettre un plan précis, pour une durée bien déterminée à l’avance. Et, ce qui est sûr, c’est que le maître de l’ouvrage fera tout pour respecter le délai prévu. Ce chantier, une fois terminé ressemblera au bloc près au plan conçu par l’ingénieur-architecte. Certains jureront sur leurs cheveux que ce derniers n’existe pas, qu’il n’est que pure invention des américains ou des gens anormaux. Pourtant, le fait qu’il soit silencieux, invisible ne confirme nullement son absence. Il suit de près l’exécution de son plan intelligemment conçu.

Cela me fait penser à ce beau passage des Saintes Écritures où nous lisons ce qui suit: « Car je connais les projets que j’ai formés sur vous, dit l’Eternel, projets de paix et non de malheur, afin de vous donner un avenir et de l’espérance. (Jérémie 29:11) »

En ce moment, notre vie peut ressembler à ce chantiers pas très attrayant. Il est probable à ce que nous ayons en partage diverses épreuves (maladies, problèmes familiaux, relationnels ou financiers). Ce qu’il ne faut jamais oublier c’est que Dieu a un excellent projet pour ses enfants qui l’aiment. Ceux qui prennent plaisir à mettre en pratique sa parole. Dans les heures de découragement ou de solitude, quand les larmes vous empêchent d’ouvrir les yeux, par la foi, essayer de visualiser ce beau plan qu’a conçu pour vous ce Père compatissant en vous disant: ces épreuves ne sont que temporaires. »

Auteur Franck DORISTL

Écrit dans la ligne D en ce jour

Pour nous écouter : https://rceichannel2016.out.airtime.pro/rceichannel2016_a?fbclid=IwAR3noOkVYL7YId0zn7JuJSFNG62oov7JmPgv-ETjpbqGX_jHjKbyGjOgOvo

 
Leave a comment

Posted by on October 23, 2019 in Uncategorized

 
 
%d bloggers like this: