RSS

LE PHÉNOM’AIME QUI MÈNE: OH J’AIME ! EN SUIS-JE SÛR ?

“Vous serez haïs de tous, à cause de mon nom. (Luke 21: 17 – LSG)”

Après des mois d’observation et d’analyse, j’ai constaté un phénomène tout nouveau sur les réseaux sociaux qui n’a sans doute laissé personne indifférent. Ce phénomème a fait son apparition avec les mots “j’aime” ou “like”. Normalement, on pouvait croire que ces vocables ont rapport avec la qualité d’une publication quelconque, sa teneur, sa pertinence. Mais ,si au tout début les choses se passaient apparemment ainsi, au fur et à mesure que le temps passe, leur sens évolue et ils subissent d’énormes changements. De nos jours, le verbe aimer en langage RS (réseaux sociaux) n’a pas toujours rapport avec la publication que ce soit une vidéo, un chant, une photo ou autre. Ce petit “like” ou “j’aime” coûte beaucoup plus cher qu’on le croirait. C’est une nouveau moyen de paiement, une sorte de couronne de gloire, un signe de popularité. Il ne faut surtout pas s’attendre à le voir au-dessous  de n’importe quel article ou publication. Le “j’aime” est définitivement un outil dont on se sert pour exprimer d’abord sa propre existence, faire sa propre promotion. C’est donc une nouvelle forme de billet de banque que l’on ne sort pas à tors et à travers ou n’importe comment de son porte-feuille. Avant de cliquer, on observe si c’est bien la place idéale pour se mettre en valeur, attirer l’attention sur sa personne.

Je vous propose ce petit test: “Allez dans votre liste d’amis ou contacts votre réseau préféré, vérifiez bien le nombre. Parmi cette quantité, observez bien le nombre pasteurs, d’artistes, de spécialistes de tout genre, de croyants confirmés, etc. Essayez de comparez la présence de gens qui réagissent sur vos publications au nombre des personnes que vous avez comme amis. À votre grande surprise, vous verrez, en jetant un oeil sur d’autres profile que les “likes” et le commentaires dépendent surtout de la position sociale, du physique, des études voire l’endroit ou vivent les gens.

Un artiste, un homme politique ou un pasteur très connu peu un beau matin en se réveillant poster sur son mur un message très banal du style: “Bonjour les amis, petit déjeuner délicieux…” ou encore: “Journée de bronzage à la plage” ou encore: “Petite ballade à Paris”. Et dans les secondes qui suivent ce post, les likes et les commentaires tombent comme de la grêle du ciel. L’on peut se demander: “Mais qu’est-ce qui a d’édifiant, de surprenant dans ces simples phrases confirmant un état purement temporaire et éphémère? Comme nous venons de le signaler, ces likes sont comme des pastilles colorées que les amis (es) collent sur ces publications pour faire leur propre publicité. Sans utiliser de longues phrases, ils disent silencieusement: “Regardez, un tel ou untel est mon ami, je figure sur son profil, on y lit même mon commentaire. N’est-ce pas chouette?

Une vidéo ou une photo postée par un inconnu mais qui peut faire mourir de rire obtiendra des milliers de likes et des commentaires aussi hilarants que la publication.
C’est actuellement l’un des critères qu’utilisent certains réalisateurs pour sélectionner les artistes de demains. Il leur suffit d’en collecter une quantité étonnante pour qu’ils confirme leur notoriété. Mais où se situe le petit chrétien par rapport à tout cela?

Nul besoin de vous dire que toute cette hypocrisie crée un climat ou la jalousie et l’orgueil ne peuvent pas s’offrir le luxe d’être absentes. Comment voudriez-vous qu’un mur où les likes foisonnent et où les commentaires tombent comment les arbres de l’Amazone ne déclenche pas un peu de jalousie d’une part et de l’orgueil d’autre part? Seuls ceux qui sont bien imbus de leur objectif ainsi que des réalités du paysage, sauront prendre les choses avec prudence et beaucoup de recul.

Quelle doit donc être l’attente du croyant qui veut utiliser cette outil moderne de communication comme une aide pour son mynistère, sans se laisser prendre dans ce piège? L’important est de ne pas travailler pour attirer l’approbation de la foule. Depuis le temps des prophètes, en passant par celui de Jésus et de ses disciples jusqu’à aujourd’hui, l’admiration n’a pas été du côté des porteurs de la vérité. Si dans certains cas elle a pu l’être, c’était à titre provisoire ou temporaire. Une homme de Dieu couvert de gloire depuis ici-bas doit impérativement s’interroger sur sa gloire à venir. Jésus n’a jamais promis l’admiration de la foule à ses disciples. Il les a au contraire préparés pour accueillir à coeur joie la haine, la perscution, la prison et même la mort à cause de son nom: “Souvenez-vous de la parole que je vous ai dite: Le serviteur n’est pas plus grand que son maître. S’ils m’ont persécuté, ils vous persécuteront aussi; s’ils ont gardé ma parole, ils garderont aussi la vôtre.”

Êtes-vous parfois tentés de prendre un peu de temps pour compter vos likes vos dislikes et vos commentaires afin de vous positionner par rapport aux autres: qui es le plus aimé, le plus connu, qui a plus de côte? Pense à la grosse erreur de David quand il a décidé de faire le comptage de tous les soldats de son armée. Une opération apparemment anodine qui a pourtant provoqué la colère de Dieu. Toute opération qui consiste à renforcer notre moi, mettre en évidence nos réalisations personnelles, nos exploits, nos succès bref, notre propre gloire, ne sera nullement vue du ciel. Notre relation avec le Seigneur, notre écoute de son Esprit habitant dans nos coeurs nous permettra de comprendre quand la ligne est sur le point d’être franchie.

Que Dieu dans sa grâce nous aide à nous positionner par rapport au tendances de notre société présente dans le cercle des croyants mais glorifiant peu son nom ! Aimons-nous les uns les autres, encourageons et exhortons-nous mutuellement en faisant attention pour ne pas transformer nos relations en fond de commerce avec les “likes” comme du vrai likide (liquide). Que Dieu dirige nos coeurs vers la connaissance de son amour, le vrai, afin de pouvoir aimer comme Il nous a aimés et nous aimera éternellement !

Qu’il en soit ainsi !

Amen !

Nous attendons votre visite sur nos sites:

La radio: http://www.radioeben-ezerinternationale.com

Le podcast: http://www.radioeben-ezerinternationale.podomatic.com

Advertisements
 
Leave a comment

Posted by on September 1, 2015 in Uncategorized

 

TRIOMPHE PASCAL

TRIOMPHE PASCAL
Elle est vide la tombe où gisait le Maître, la Vie !
Comme Il l’a annoncé: la mort n’a nul pouvoir sur Lui.
Il est sorti vainqueur de ce combat libérateur
Qui donne accès au ciel à nous qui étions des pécheurs.

Satan a fait la fête en le voyant sur cette croix.
Pour lui, c’était la fin du salut, son sujet de joie.
Mais, oh alléluia, son calcul était erroné,
Le plan du Créateur jamais ne pouvait échoué.

Chantez ! Dansez chrétiens ! Le Roi est désormais vivant.
Il règne dans les cieux les yeux rivés sur Ses enfants.
Là, auprès de Son Père, Il intercède en leur faveur,
Balayant les mensonges du Diable, l’accusateur.

Il reviendra bientôt comme Il l’a un jour annoncé,
Non comme un doux Agneau mais en un Lion courroucé.
Ceux qui ont méprisé Sa grâce au moyen de la foi
Seront tous condamnés pour l’éternité cette fois.

Merci, ô Rédempteur, pour l’oeuvre parfaite et bénie
Que tu as accomplie afin de nous donner la vie !
Reçois ce doux parfum de notre sainte adoration
Auteur incontestable de notre justification !

Auteur Franck DORISTIL
Matin du 5 Avril 2015
29665161_10214046764994537_5598256931977067957_oMon site: http://www.radioeben-ezerinternationale.com

 
Leave a comment

Posted by on April 6, 2015 in Uncategorized

 

TOUT LE COSMOS DANS UNE ASSIETTE? TROP CHOUETTE ! 

L’UNIVERS ENTIER, LE COSMOS ET TOUT L’ESPACE SIDÉRAL DANS UNE ASSIETTE: 

Lorsque vous allez faire vos courses dans un supermarché quelconque, si en arrivant chez vous vous constatez qu’il y a un produit alimentaire non conforme, si sa composition vous pose problème, il existe plusieurs méthodes pour lever le doute sur la question. La première démarche consiste à prendre le ticket de caisse, vous rendre dans ce magasin pour le signaler. Et dépendant de la gravité de la situation, le produit concerné sera remis à des experts (nutritionistes, chimistes, microbiologistes, etc.) pour en faire l’analyse. Afin de rendre plus fiable leurs démarches, ces derniers feront appel à des outils de très grande précision leur permettant de scruter le plus près possible le contenu du produit incriminé. Et au cas où sa dangerosité serait confirmée, vous pouvez vous-mêmes imaginer la suite. Mais ce qui est important, c’est que avant toute déclaration officielle, toute prise de mesure, l’accent a été mis sur l’analyse poussé de la composition de l’ensemble des éléments le composant et non une infirme partie. Il est vrai que dans le cas d’un produit homogène d’un bout à l’autre, l’analyse d’une miette peut suffire, mais il est toujours plus prudent de tout prendre en considération. Quoi de plus raisonnable comme approche?

Aujourd’hui, la théorie du Big-bang arrive à s’installer dans les esprits aussi bien qu’un jeune couple dans son nouvel appartement. On dirait qu’il est interdit de se poser d’autres questions quant à l’origine de l’univers et de la vie sur terre. L’affaire est comme classée. Pourtant, les fructueuses années de recherches et d’exploits scientifiques n’arrivent toujours pas à faire disparaître les si nombreux doutes qui planent encore sur ces allégations. Il existe une grande soif d’informations utiles à ce sujet. Par ailleurs, l’athéisme étant considéré par défaut comme l’unique arrière-plan de toute vraie démarche scientifique, les yeux semblent refuser systématiquement de s’orienter même par curiosité vers un autre direction. La moindre allusion à un Créateur vous rend indigne d’être mis au rend d’un honnête scientifique.

En écoutant certains discours, on serait tenté de croire que l’être humain a déjà pu mesurer de façon exacte la taille de l’univers, sonder toutes les planètes, les étoiles, et analyser avec la plus grande précision leur composition. On pourrait croire que l’homme a déjà atteint le stade où l’univers dans son ensemble a été mis dans une éprouvette lui permettant de voir de près et de toucher les plus lointaines étoiles des autres galaxies. On a l’impression que comme le ferait un pêcheur lors d’une pêche miraculeuse, il a déjà capturer même ce qu’en son vivant il n’arrivera même pas à imaginer. Oublie-t-on que même la terre n’est pas encore entièrement explorée par ses curieux locataires et que le coeur de cette planète bleue cache encore bien de mystères?

Comment appelle-t-on cette incroyable qualité qui permet de tirer une hâtive conclusion sur l’origine des choses dont on ignore encore l’existence? Après la terre et la lune, les regards se tournent maintenant vers Mars qui commence à nous livrer timidement quelques uns de ses plus grands secrets. Mais là encore, il faudra attendre que les premiers explorateurs humains et non des robots y aillent pour en tirer de meilleures conclusions. Néanmoins, il ne faut surtout pas oublier que l’univers n’est pas constitué que de trois petites planètes (Terre, Lune et Mars). Ce qu’on en sait aujourd’hui n’est rien par rapport à ce que l’on doit en savoir et que l’on en saura dans les années à venir. Et pourtant, on trouve très sage de conclure que tout cela n’est que le produit d’un simple accident, du hasard, que çà vient de nulle part…

Le jour où l’homme arriverait à transcender les années lumières pour en faire des fractions de secondes, les milliards de kilomètres pour en faire des nanomètres et enfin parvenir à tout mettre dans un tube pour une analyse objective, dans la plus grande neutralité (ni athéé, ni croyant ou les deux sans aucun problème), il serait lui-même tellement petit que son savoir ne pourrait même pas lui venir en aide. En attendant, peu importe l’étendue de son champ de connaissance, quelque soit sa maîtrise des lois de la physique, des mathématiques et de la chimie, vu la taille immense des choses qui ne lui sont jamais venues à l’esprit (s’il est assez modeste pour l’accepter), il lui faudrait malgré cela, même si c’est très difficile, un peu d’humilité et beaucoup de réserves quand il voudrait aborder la mystérieuse et épineuse question de l’origine de l’univers.


«L’Éternel répondit à Job du milieu de la tempête et dit: Qui est celui qui obscurcit mes desseins Par des discours sans intelligence? Ceins tes reins comme un vaillant homme; Je t’interrogerai, et tu m’instruiras. Où étais-tu quand je fondais la terre? Dis-le, si tu as de l’intelligence. Qui en a fixé les dimensions, le sais-tu? Ou qui a étendu sur elle le cordeau? Sur quoi ses bases sont-elles appuyées? Ou qui en a posé la pierre angulaire, Alors que les étoiles du matin éclataient en chants d’allégresse, Et que tous les fils de Dieu poussaient des cris de joie?» ‭‭Job‬ ‭38:1-7‬ ‭LSG‬

Auteur Franck DORISTIL
PS: Dans l’évolution tout comme dans la création, le suffixe “TION” est sans doute une intelligente personne en action

 

 
Leave a comment

Posted by on April 25, 2018 in Uncategorized

 

PARFUM PASCAL (Acte III)

LIBERTÉ SUPRÊME
Qui va croire aujourd’hui que j’étais un esclave
Enchaîné et lié par d’invisibles entraves?
Qui croira que ma vie était enténébrée
Avant cette rencontre avec le Crucifié?

Vêtu de ces haillons hérités de mes pères,
Je traînais çà et là ma honte, ma misère.
Aux regards de ce Dieu juste et combien aimant,
Je n’avais pas le droit d’être appelé enfant.

Pourtant, dans Sa bonté, Il s’est tourné vers moi
En m’accordant la foi pour entendre Sa voix.
Sans nulle hésitation, j’ai pu saisir Sa main
Qui m’a ainsi permis d’être l’un de Ses saints.

Son sang qui fut versé pour mes fautes au Calvaire,
Est mon moyen d’accès à ce puits salutaire.
Lavé, purifié (Quelle infinie faveur !)
Je peux donc célébrer la grâce du Seigneur.

Merci mon Rédempteur d’avoir sauvé ma vie
En payant à ma place l’exorbitant prix !
Que la reconnaissance remplisse mon coeur
Et m’inspire toujours des chants à ton honneur !

Auteur Franck DORISTIL
Extrait d’un deuxième recueil en préparation

 
Leave a comment

Posted by on April 2, 2018 in Uncategorized

 

UNE SÉANCE DE DÉDICACES À LA MAISON DE LA BIBLE

29665161_10214046764994537_5598256931977067957_oDES RENCONTRES INOUBLIABLES !

À la sortie de la gare, en parcourant les quelques dizaines de mètres me séparant de la Maison (de la Bible) où je devais rencontrer mes nouveaux lecteurs et lectrices, j’essayais, comme d’habitude, d’imaginer l’ambiance qui m’attendait. Quelques minutes après, franchissant la porte d’entrée de cette librairie située en plein coeur de Paris, un très fraternel accueil m’attendait. Bercé par de doux chants et musiques sacrés, je ne pouvais que me détendre en attendant l’arrivée des visiteurs. Je peux comprendre pourquoi certains se plaisent tant à animer des émissions musicales: çà fait vraiment du bien aux auditeurs.

Comme toujours, ce rendez-vous était riche en échanges. Pour deux de mes interlocuteurs, le temps s’était comme littéralement arrêté… Ils étaient à fond dans leur conversation avec cet auteur venant de nulle part ou presque. Mais, une chose est sûre: la poésie est jusqu’à présent considérée comme un produit luxueux par une très grande partie de notre société. Un simple vers risque de les dérouter.

Néanmoins, en essayant d’en discuter avec eux, le constat est flagrant: les séquelles du traumatisme des cours de français sont encore douloureuses. L’amour de la poésie n’a malheureusement pas fait sa route dan ces coeurs. Ce qui ne manque pas de nous donner des idées pour aider ceux qui en ont le désir à voir autrement ce bel si art qu’est la poésie. Le poète, peu importe son origine, est vu comme un privilégié faisant partie de ce faible pourcentage de la population constituant une sorte d’élite. C’est dommage !

Je ne saurais terminer cet éditorial littéraire sans dire un grand merci à l’organisateur de cette séance de dédicace, en l’occurrence, monsieur @Jean-Marc Guyot, responsable du siège parisien de la Maison de la Bible. Votre courtoisie et votre serviabilité m’ont très touché. Que Dieu dans sa grâce donne à cette librairie d’être un phare pour éclaire davantage la Ville Lumière !

À bientôt pour la suite !
Thanks a lot @Jean-Marc Guyot !

 
Leave a comment

Posted by on March 31, 2018 in Uncategorized

 

LA COURS DE RÉCRÉ, ENFIN UN OASIS

LA COURS DE RÉCRÉ, ENFIN UN OASIS

Serions-nous capables d’aider nos enfants, dès leur plus jeune âge, à prendre conscience de leurs vraies valeurs, indépendamment des accessoires et des gadgets de toutes sortes qu’ils ont entassés dans leurs chambres et leurs placards? Ces derniers savent-ils que les habits de leurs copains, quelles que soient leurs marques, leur coût ou leurs éclats, n’enlèvent rien à ce qu’ils sont eux-mêmes ?

Dans un monde ou le paraître est toujours plus considéré que l’être, c’est la première leçon que devraient apprendre par coeur nos progénitures faisant partie de cette foule peuplant les cours de récréation. 


Le courant hautement matérialiste traversant notre société n’épargne presque personne. Impressionner les autres par son apparence, sa tenue, son style, son look (coupe de cheupveux, coiffure, maquillage, etc) devient une force irrésistible n’épargnant pas même les enfants de la maternelle. Les concours de savoir-faire et savoir vivre se transforment discrètement en concours de styles et de look. Mais hélas, étant donné que les parents n’ont pas toutes les moyens nécessaires pour aider leurs enfants à garder le tempo dans cette danse égoïstes, la frustration et la déception envahissent les coeurs de certains d’entre eux, les rendant amers et très vulnérables. Frustration qui se traduit dans bien des cas par un manque d’estime de soi et un sentiment d’infériorité. Et si rien n’est fait pour leur venir en aide, ces sentiments négatifs peuvent donner naissance soit à des écoliers jaloux et d’une rare violence ou à d’autres très timides et réservés, s’isolant de plus en plus des autres. 

Les punitions et les sanctions ont des limites et ne feront parfois que ralentir la manifestation de ces sentiments. La cause profonde est enracinée dans les coeurs. Ce qu’il faut, c’est d’aider la jeune génération à prendre un peu de recul par rapport aux biens matériels et non à en faire le pivot de son existence. Ce travail incombe tant aux parents qu’aux enseignants et de façon particulière, à nos chers confrères du monde médiatique. Car, sans s’en rendre compte, bien des fois, ces derniers attisent par certaines publicités, l’envie et la jalousie chez les enfants incapables à un certain âge d’analyser les choses de façon objective.

Si nous voulons contribuer à un climat plus paisible au sein de la jeune génération, ce domaine important doit être pris très au sérieux. Au lieu de les pousser dans la compétition vestimentaire (sans négliger leur look), aidons nos enfants à mettre plus d’accents sur leurs compétences et leurs qualités, en travaillant sur les gênants petits défauts (qui d’entre nous n’en a aucun?)Animés d’un tel état d’esprit, se battre pour montrer qu’on est le plus fort, se moquer de l’autre ou le passer en dérision, parce qu’il s’habille différemment de soi, extorquer ses affaires afin de se les offrir gratuitement sera le dernier des soucis de ces futurs piliers de notre société.


Auteur Franck DORISTIL, broadcaster et auteur de Pages Volantes 

Site oersonnel: http://www.radioeben-ezerinternationale.com

 

ET CETTE FOIS, SEPT FOIS LE COQ CHANTA

ET CETTE FOIS, SEPT FOIS LE COQ CHANTA: « Il est exactement 7:00 du matin. Tu viens de passer une bonne nuit sans être dérangé dans ton doux sommeil. Wow 😮 ! C’est super ! 👍 Et vient alors le moment très attendu de naviguer sur le Web. Tiens ! Voilà une pensée, une photo ou une vidéo qui t’amuse ou qui t’édifie. Convaincu (e) que cela doit absolument plaire à tous tes contacts sans exception, tu ouvres Messenger ou Whatsap et l’envoies à la terre entière, sans tenir compte des décalages horaires. Tu crois accomplir ta noble mission. Tu vas faire rigoler tout le monde. Quel soulagement !
Pourtant, en ce moment même, pour ton ami(e) se trouvant à l’autre bout du monde il est une heure du matin, minuit voire trois heures du matin. En plein sommeil après une journée surchargée et très fatigué (e), ton message lui parvient en faisant biper très fort son téléphone. Étant réveillé(e) en sursaut, il ou elle peine à dormir à nouveau… Par respect pour toi, il (elle) gardera tout dans son coeur jusqu’à ce qu’un jour: Tiens ! tu ne le (la) vois plus dans ta liste, à ta grande surprise. Il ou elle en avait assez.
As-trouvé quelque chose d’intéressant ? Poste-le d’abord sur ton profil ou dans un groupe auquel tu fais partie ou bien attend qu’il fasse jour che lui (elle). Tes amis le liront sans doute à l’occasion. Si ce n’est pas urgent, tiens bien compte de ces paramètres avant de leur envoyer un message personnel. En laissant se reposer tes amis (es) la nuit, tu leur feras plus de bien qu’en les réveillant à tout bout de champs pour lire tes blagues marrantes. Toutefois, sois libre de ne pas me croire ! »

 

Auteur, Franck DORISTL

Site officiel : http://www.radioeben-ezerinternationale.com

 
Leave a comment

Posted by on December 30, 2017 in Uncategorized

 

LA BIBLE, PARTOUT ET NULLE PART?

LE JOUR OÙ LA BIBLE SERA SUR MON SMARTPHONE

Des millions de personnes sur terre aujourd’hui ont le privilège d’avoir leur Bible non seulement sur leur chevet mais également sur l’écran de leur téléphone portable. Ce grand progrès technologique devrait normalement la rapprocher de leurs yeux et surtout de leurs coeurs. Mais, est-ce toujours le cas? Réfléchissons un peu là-dessus !

Notre premier réflexe en prenant notre portable notre ordinateur ou notre tablette, même animés d’un ardent désir de lire notre Bible, est-il toujours d’y aller directement pour lancer cette application biblique? La tentation de vérifier au moins une des diverses notifications qui affluent sur cet écran (mails, SMS, commentaires, messages ou vidéos via WhatsApp, etc.) nous donnent-elles vraiment la chance d’aller droit au but, sans faire de détour? Entre les différentes applications mises sur notre téléphone (Facebook, Tweeter, Instagram, Linkedin, etc.) celle se rapportant à notre Bible  nous tape-t-elle toujours à l’oeil quand nous prenons notre “engin” (ce téléphone portable) ?

Dieu seul sait combien il nous est aujourd’hui difficile de passer même cinq petites minutes dans un texte biblique sans penser d’abord au verset à mettre sur notre profil qu’à celui que l’Esprit-Saint veut utiliser pour nous parler. L’attitude n’est pas toujours: “Seigneur  parle, ton enfant t’écoute !” mais plutôt:”Seigneur  parle,  mes amis vont t’écouter !” Et, si vous avez la conviction que je suis dans l’erreur, arrêtez maintenant la lecture pour me le dire, soit dans un commentaire ou dans un message privé. J’accepterai volontiers votre retour sur le sujet.

Il est important que nous apprenions à discipliner et canaliser notre esprit pour pouvoir nous fixer des priorités, surtout en ce qui concerne le temps que nous voulons consacrer à la lecture de la parole de Dieu. Il est vrai que l’annonce de la Bonne Nouvelle est la mission de chaque croyant, mais il est tout aussi vrai que nous avons à nous nourrir de la Parole pour accroître notre foi et notre connaissanve de la volonté du Père pour nous qui sommes devenus Ses enfants en mettant notre confiance en Son Fils unique Jésus.
Quelle que soit la fidélité et la rigueur avec lesquelles je publie mes versets, mes pensées ou mes réflexions sur mon profil, si je n’arrive pas à prendre du temps pour lire et méditer les Saintes Lettres en vue de mon édification personnelle, je suis sur une mauvaise voie. Ce que Dieu veut, c’est que je me laisse d’abord instruire par Lui avant de courir pour aller instruire les autres.
Le matin, avant ou après mon petit-déjeuner, dans mon premier train ou lors d’une pause quelconque, pour mon plus grand bien, il m’est important d’être à l’écoute de ce que mon Seigneur a à me dire. Je suis tout à fait libre d’en parler partout dans monde, mais avant, je dois en tirer ma propre leçon, mon propre alimentation. C’est équipé de la conviction et de la force spirituelle que m’a procurées cette parole que je commencerai ma journée et rétablirai le contact avec mes milliers d’amis et d’amies avec lesquels je peux tellement avoir hâte de communiquer vian les réseaux sociaux.

 

Si alors j’arrive à ce point, sans me laisser distraire ni par les autres applications, ni par la pluie de notifications qui m’assaillent nuit et jour, en me dirigeant calmement vers ce petit carré représentant ma Bible pour la lire, je peux donc dire à toute la terre qu’elle est aussi et vraiment sur mon téléphone portable. Et je pourrai même conseiller à d’autres personnes de Lui l’installer aussi sur les leurs pour la rapprocher davantage de leurs coeurs. Mais sans cela, mieux vaudrait l’ancienne méthode qui restera sans égal, ma Bible en papier, la vraie, prise comme un ami par la main, pour m’isoler avec elle dans un temps d’échange, loin des bruits des notifications d’e-mails, de SMS, de commentaires de demandes d’amitié, etc. Ainsi, nous arriverons à dire à l’instar du psalmiste: Ta parole est une lampe à mes pieds et une lumière sur mon sentier. (Psaumes 119:105).

Qu’il en soit ainsi ! Amen !

Auteur Franck DORISTIL pasteur et auteur

 
Leave a comment

Posted by on September 9, 2017 in Uncategorized

 

QUAND LE VERBE PLEUVOIR SERA UN VERBE D’ACTION… 

Alors que les mesures de restriction de l’eau viennent d’être appliquées dans plusieurs villes et communes de l’Hexagone, alors que des cultivateurs et des particuliers ont déjà commencé à se serrer un peu la ceinture, ne sachant combien de temps cela va durer, alors que certains parterres et vergers font déjà grise mine, une façon d’exprimer et de faire sentir leurs souffrance suite à ces décisions, la pluie vient de faire un petit coucou à la terre. Pleuvoir, un verbe qui a l’air d’être très simple, pourtant si difficile à conjuguer. Fort heureusement qu’il s’agit d’un verbe impersonnel. On peut vous faire pleurer ou vous demander de pleurer, mais nul n’osera demander à qui que ce soit de pleuvoir ou de faire pleuvoir. Le pronom il qui accompagne toujours ce verbe dans les rares temps qui lui conviennent ne remplace apparemment personne. Bien évidemment, quand nous disons: Il pleut, il pleuvait, il pleuvra, les grammairiens nous diront tous que ce “il” est un pronom neutre. Il ne remplace ni rien, ni personne. Et qui oserait les contredire? En tout cas, ce n’est pas moi. Qui suis-je pour prendre un tel risque? Qui connaît ma famille? Mes parents? La localité d’où je viens? Quelles grandes écoles parisiennes ou américaines ai-je fréquentées? Dire que ce pronom “Il” doit absolument remplacer une personne me vaudra des critiques sans nombre, suffisantes pour me faire taire définitivement, où rentrer chez moi sur la pointe des pieds. Bon, j’exagère un peu quand même… Pourtant, oui pourtant, c’est… Non ! Je me tais.
Dans chacune de ses villes où la mesure de restriction d’eau a été prise, il existe peut-être des laboratoires, des écoles d’ingénieurs, des spécialistes en météorologie, des experts en aviation voire des spationautes, de grandes usines voire des centrales nucléaires. Certains connaissent sur le bout des doigts toute la composition de l’eau pluviale et arrivent même à la décomposer, la simuler. D’autres, via leurs télescopes géants effectuent souvent des observations de ciel et voient de très près la formation des nuages, la composition de leurs cristaux. D’autres ont même été au-delà de ces nuages d’où provient cette précieuse pluie si attendue. Pourtant, oui, pourtant, leur savoir reste là. Devant les murmures et les râlements des consommateurs touchés par la sécheresse, face à la crainte des autorités constatant le bas niveau des nappes fréatiques, c’est le silence complet. On dirait que nos experts n’entendent même pas ce qu’on en dit. Et voilà, ce matin à l’heure où j’allait quitter la maison pour me rendre au travail: Il pleut. Oui, Il pleut… Il a plu, Il a plu.

À quel type de verbe appartient donc pleuvoir? Je ne pense pas que l’on oserait le mettre sur le même plan que des verbes d’action comme parler, chanter, danser ou manger. Pourtant, dans mon errance intellectuelle et matinale, alors que mon train va entrer à la Gare du Nord, c’est bien ce que j’ai envie de dire. Le verbe pleuvoir ne peut pas ne pas être un verbe d’action. Car ce “Il” doit absolument remplacer quelqu’un. Oui, un Être qui a le contrôle parfait sur l’univers et des événements naturels de la nature. Je sais que c’est inacceptable mais vous me permettrez-moi de le dire comme une sorte de vérité ponctuelle et sporadique. En dépit du fait qu’il nus sera très ridicule, absurde voire scandaleux de nous mettre à dire: Je pleus, tu pleus, nous pleuvions, etc. À chaque fois qu’il nous vient à dire: Il pleuvait, Il pleut ou Il pleuvra, il ne sera nullement absurde de penser à une personne qui accomplit cette action hors de la portée des mortels que nous sommes: C’est Dieu, le Créateur. Je vous laisse avec ces passages qui vous en diront bien plus:

1. Car il voit jusqu’aux extrémités de la terre, Il aperçoit tout sous les cieux.Quand il régla le poids du vent, Et qu’il fixa la mesure des eaux,Quand il donna des lois à la pluie, Et qu’il traça la route de l’éclair et du tonnerre,Alors il vit la sagesse et la manifesta, Il en posa les fondements et la mit à l’épreuve.Puis il dit à l’homme: Voici, la crainte du Seigneur, c’est la sagesse; S’éloigner du mal, c’est l’intelligence … (Job 28: 24 – 28 – LSG)

2. Ne sommes-nous pas à la moisson des blés? J’invoquerai l’Eternel, et il enverra du tonnerre et de la pluie. Sachez alors et voyez combien vous avez eu tort aux yeux de l’Eternel de demander pour vous un roi.Samuel invoqua l’Eternel, et l’Eternel envoya ce même jour du tonnerre et de la pluie. Tout le peuple eut une grande crainte de l’Eternel et de Samuel … (1 Samuel 12: 17 – 18 – LSG)

3. Je sais que l’Eternel est grand, Et que notre Seigneur est au-dessus de tous les dieux.Tout ce que l’Eternel veut, il le fait, Dans les cieux et sur la terre, Dans les mers et dans tous les abîmes.Il fait monter les nuages des extrémités de la terre, Il produit les éclairs et la pluie, Il tire le vent de ses trésors. (Psaume 135: 5 – 7 – LSG)
Auteur, Franck DORISTIL

Écrit dans les lignes D et B le 27 Juin 2017

 
Leave a comment

Posted by on June 27, 2017 in Uncategorized

 
 
%d bloggers like this: