RSS

LE PHÉNOM’AIME QUI MÈNE: OH J’AIME ! EN SUIS-JE SÛR ?

“Vous serez haïs de tous, à cause de mon nom. (Luke 21: 17 – LSG)”

Après des mois d’observation et d’analyse, j’ai constaté un phénomène tout nouveau sur les réseaux sociaux qui n’a sans doute laissé personne indifférent. Ce phénomème a fait son apparition avec les mots “j’aime” ou “like”. Normalement, on pouvait croire que ces vocables ont rapport avec la qualité d’une publication quelconque, sa teneur, sa pertinence. Mais ,si au tout début les choses se passaient apparemment ainsi, au fur et à mesure que le temps passe, leur sens évolue et ils subissent d’énormes changements. De nos jours, le verbe aimer en langage RS (réseaux sociaux) n’a pas toujours rapport avec la publication que ce soit une vidéo, un chant, une photo ou autre. Ce petit “like” ou “j’aime” coûte beaucoup plus cher qu’on le croirait. C’est une nouveau moyen de paiement, une sorte de couronne de gloire, un signe de popularité. Il ne faut surtout pas s’attendre à le voir au-dessous  de n’importe quel article ou publication. Le “j’aime” est définitivement un outil dont on se sert pour exprimer d’abord sa propre existence, faire sa propre promotion. C’est donc une nouvelle forme de billet de banque que l’on ne sort pas à tors et à travers ou n’importe comment de son porte-feuille. Avant de cliquer, on observe si c’est bien la place idéale pour se mettre en valeur, attirer l’attention sur sa personne.

Je vous propose ce petit test: “Allez dans votre liste d’amis ou contacts votre réseau préféré, vérifiez bien le nombre. Parmi cette quantité, observez bien le nombre pasteurs, d’artistes, de spécialistes de tout genre, de croyants confirmés, etc. Essayez de comparez la présence de gens qui réagissent sur vos publications au nombre des personnes que vous avez comme amis. À votre grande surprise, vous verrez, en jetant un oeil sur d’autres profile que les “likes” et le commentaires dépendent surtout de la position sociale, du physique, des études voire l’endroit ou vivent les gens.

Un artiste, un homme politique ou un pasteur très connu peu un beau matin en se réveillant poster sur son mur un message très banal du style: “Bonjour les amis, petit déjeuner délicieux…” ou encore: “Journée de bronzage à la plage” ou encore: “Petite ballade à Paris”. Et dans les secondes qui suivent ce post, les likes et les commentaires tombent comme de la grêle du ciel. L’on peut se demander: “Mais qu’est-ce qui a d’édifiant, de surprenant dans ces simples phrases confirmant un état purement temporaire et éphémère? Comme nous venons de le signaler, ces likes sont comme des pastilles colorées que les amis (es) collent sur ces publications pour faire leur propre publicité. Sans utiliser de longues phrases, ils disent silencieusement: “Regardez, un tel ou untel est mon ami, je figure sur son profil, on y lit même mon commentaire. N’est-ce pas chouette?

Une vidéo ou une photo postée par un inconnu mais qui peut faire mourir de rire obtiendra des milliers de likes et des commentaires aussi hilarants que la publication.
C’est actuellement l’un des critères qu’utilisent certains réalisateurs pour sélectionner les artistes de demains. Il leur suffit d’en collecter une quantité étonnante pour qu’ils confirme leur notoriété. Mais où se situe le petit chrétien par rapport à tout cela?

Nul besoin de vous dire que toute cette hypocrisie crée un climat ou la jalousie et l’orgueil ne peuvent pas s’offrir le luxe d’être absentes. Comment voudriez-vous qu’un mur où les likes foisonnent et où les commentaires tombent comment les arbres de l’Amazone ne déclenche pas un peu de jalousie d’une part et de l’orgueil d’autre part? Seuls ceux qui sont bien imbus de leur objectif ainsi que des réalités du paysage, sauront prendre les choses avec prudence et beaucoup de recul.

Quelle doit donc être l’attente du croyant qui veut utiliser cette outil moderne de communication comme une aide pour son mynistère, sans se laisser prendre dans ce piège? L’important est de ne pas travailler pour attirer l’approbation de la foule. Depuis le temps des prophètes, en passant par celui de Jésus et de ses disciples jusqu’à aujourd’hui, l’admiration n’a pas été du côté des porteurs de la vérité. Si dans certains cas elle a pu l’être, c’était à titre provisoire ou temporaire. Une homme de Dieu couvert de gloire depuis ici-bas doit impérativement s’interroger sur sa gloire à venir. Jésus n’a jamais promis l’admiration de la foule à ses disciples. Il les a au contraire préparés pour accueillir à coeur joie la haine, la perscution, la prison et même la mort à cause de son nom: “Souvenez-vous de la parole que je vous ai dite: Le serviteur n’est pas plus grand que son maître. S’ils m’ont persécuté, ils vous persécuteront aussi; s’ils ont gardé ma parole, ils garderont aussi la vôtre.”

Êtes-vous parfois tentés de prendre un peu de temps pour compter vos likes vos dislikes et vos commentaires afin de vous positionner par rapport aux autres: qui es le plus aimé, le plus connu, qui a plus de côte? Pense à la grosse erreur de David quand il a décidé de faire le comptage de tous les soldats de son armée. Une opération apparemment anodine qui a pourtant provoqué la colère de Dieu. Toute opération qui consiste à renforcer notre moi, mettre en évidence nos réalisations personnelles, nos exploits, nos succès bref, notre propre gloire, ne sera nullement vue du ciel. Notre relation avec le Seigneur, notre écoute de son Esprit habitant dans nos coeurs nous permettra de comprendre quand la ligne est sur le point d’être franchie.

Que Dieu dans sa grâce nous aide à nous positionner par rapport au tendances de notre société présente dans le cercle des croyants mais glorifiant peu son nom ! Aimons-nous les uns les autres, encourageons et exhortons-nous mutuellement en faisant attention pour ne pas transformer nos relations en fond de commerce avec les “likes” comme du vrai likide (liquide). Que Dieu dirige nos coeurs vers la connaissance de son amour, le vrai, afin de pouvoir aimer comme Il nous a aimés et nous aimera éternellement !

Qu’il en soit ainsi !

Amen !

Nous attendons votre visite sur nos sites:

La radio: http://www.radioeben-ezerinternationale.com

Le podcast: http://www.radioeben-ezerinternationale.podomatic.com

Advertisements
 
Leave a comment

Posted by on September 1, 2015 in Uncategorized

 

TRIOMPHE PASCAL

TRIOMPHE PASCAL
Elle est vide la tombe où gisait le Maître, la Vie !
Comme Il l’a annoncé: la mort n’a nul pouvoir sur Lui.
Il est sorti vainqueur de ce combat libérateur
Qui donne accès au ciel à nous qui étions des pécheurs.

Satan a fait la fête en le voyant sur cette croix.
Pour lui, c’était la fin du salut, son sujet de joie.
Mais, oh alléluia, son calcul était erroné,
Le plan du Créateur jamais ne pouvait échoué.

Chantez ! Dansez chrétiens ! Le Roi est désormais vivant.
Il règne dans les cieux les yeux rivés sur Ses enfants.
Là, auprès de Son Père, Il intercède en leur faveur,
Balayant les mensonges du Diable, l’accusateur.

Il reviendra bientôt comme Il l’a un jour annoncé,
Non comme un doux Agneau mais en un Lion courroucé.
Ceux qui ont méprisé Sa grâce au moyen de la foi
Seront tous condamnés pour l’éternité cette fois.

Merci, ô Rédempteur, pour l’oeuvre parfaite et bénie
Que tu as accomplie afin de nous donner la vie !
Reçois ce doux parfum de notre sainte adoration
Auteur incontestable de notre justification !

Auteur Franck DORISTIL
Matin du 5 Avril 2015
29665161_10214046764994537_5598256931977067957_oMon site: http://www.radioeben-ezerinternationale.com

 
Leave a comment

Posted by on April 6, 2015 in Uncategorized

 

Discover Randall J. BREWER’s ministry

RCEI NEW FRIENDLY PROMO PAGE:
FullSizeRender-1.jpg
Some years ago, I have met this humble man of God. Ever since, I receive frequently his written sermons by e-mail. He even gave me permission to use them as I want in my radio ministry. It is with a great joy that I introduce to you our brother in Jesus Radall J. BREWER. I hope that you will be blessed by his testimony. Blessings !
 
Leave a comment

Posted by on July 31, 2018 in Uncategorized

 

Ô LA LUNE, SI TU SAVAIS TOUT L’AMOUR QU’ILS ONT POUR TOI !

Ô LA LUNE, SI TU SAVAIS TOUT L’AMOUR QU’ILS ONT POUR TOI !

Quand je contemple les cieux, ouvrage de tes mains, La lune et les étoiles que tu as créées: Qu’est-ce que l’homme, pour que tu te souviennes de lui? Et le fils de l’homme, pour que tu prennes garde à lui? (Psaume 8:3-4)

Ce dernier week-end du mois de Juillet 2018, j’étais ô combien admiratif devant la grande fièvre qui traversait les âmes de mes contemporains du monde entier  et plus particulièrement ceux de l’Hexagone à l’occasion de cette récente éclipse lunaire, événement d’une grande rareté. C’était presqu’émouvant de voir leur patience et leur sérénité en attendant les premiers signes de cet époustouflant spectacle, un mariage temporaire de trois corps célestes et même quatre (si vous me le permettez): la lune, la terre, le soleil et puis mars qui rôdait dans les parages, fruits du hasard ou résultat du fameux big-bang. N’est-ce pas en même temps un peu étrange de voir des humains si  intelligents et sûrs d’eux se laisser séduire à ce point par ce qui à leur avis vient de nulle part, d’une sorte d’explosion aléatoire que plus d’un cherchent à expliquer non sans peine ? Et un ignorant de son côté peut se demander: Mais depuis que notre monde est venu à l’existence, pourquoi n’y a-t-il jamais eu d’autres petits big-bang décallés dans le temps et l’espace ? Notre puissant et surdoué M. Hasard a-t-il changé de métier ? Bon, soyons plus sérieux !
Étais-je indifférent par rapport à ce beau spectacle ? Si j’avais accès à un télescope adapté et me trouvais dans un lieu idéal, je serais sans doute parmi cette foule. Pourtant, alors que les yeux étaient partout rivés sur ces planètes (vrais bijoux célestes, je me garde de dire ces jolies créatures afin de ne pas vous déconcentrer) pour en admirer la splendeur et la beauté, moi, de mon côté, ce sont les yeux de mon coeur qui contemplaient la puissante main de ce Dieu merveilleux qui est la cause suprême  et première de leur existence. Deux passages de la Bible me sont venus à l’esprit en y pensant. Le premier se trouve dans le livre des psaumes, le voici:

«Les cieux racontent la gloire de Dieu, Et l’étendue manifeste l’œuvre de ses mains. Le jour en instruit un autre jour, La nuit en donne connaissance à une autre nuit.»

(Psaume 19:2-3 LSG)

et le deuxième:

«En effet, les perfections invisibles de Dieu, sa puissance éternelle et sa divinité, se voient comme à l’œil, depuis la création du monde, quand on les considère dans ses ouvrages. Ils sont donc inexcusables, puisque ayant connu Dieu, ils ne l’ont point glorifié comme Dieu, et ne lui ont point rendu grâces; mais ils se sont égarés dans leurs pensées, et leur cœur sans intelligence a été plongé dans les ténèbres.»

Romains 1:20-21 LSG

Si le Seigneur Jésus tarde à revenir, lors du renouvellement de ce merveilleux spectacle beaucoup d’entre nous seront de l’autre côté de ces créatures  que l’on essaye de mettre à la place même leur Créateur parfois. En ce moment-là certains se réjouiront dans sa présence en célébrant sa gloire et sa magnificence, tandis que d’autres rougiront de honte à cause de leur incrédulité qui les a faits louper ce divin spectacle. Le châtiment éternel qu’ils auront en partage leur fera regretter de n’avoir pas voulu faire ce simple effort pour croire en Dieu.  Et à l’instar de l’homme riche qui “merguèsait” dans le lieu des tourments et qui voulait envoyer un message à ses proches encore vivants sur la terre, il leur sera dit:
Abraham répondit: Mon enfant, souviens-toi que tu as reçu tes biens pendant ta vie, et que Lazare a eu les maux pendant la sienne; maintenant il est ici consolé, et toi, tu souffres. D’ailleurs, il y a entre nous et vous un grand abîme, afin que ceux qui voudraient passer d’ici vers vous, ou de là vers nous, ne puissent le faire. Le riche dit: Je te prie donc, père Abraham, d’envoyer Lazare dans la maison de mon père; car j’ai cinq frères. C’est pour qu’il leur atteste ces choses, afin qu’ils ne viennent pas aussi dans ce lieu de tourments. Abraham répondit: Ils ont Moïse et les prophètes; qu’ils les écoutent.
Luc 16:25-29
Je vous laisse avec ce passage:
«Et comme il est réservé aux hommes de mourir une seule fois, après quoi vient le jugement, de même Christ, qui s’est offert une seule fois pour porter les péchés de plusieurs, apparaîtra sans péché une seconde fois à ceux qui l’attendent pour leur salut.»
Hébreux 9:27-28 LSG
Auteur Franck DORISTL
Pasteur pour la RCEI
Le site officiel: http://www.radioeben-ezerinternationale.com
 
Leave a comment

Posted by on July 30, 2018 in Uncategorized

 

ABRAHAM ET SARA APPELÉS À DONNER L’EXEMPLE (Nouveaux extraits du livre)

ABRAHAM ET SARA, APPELÉS À DONNER L’EXEMPLE

Références: Gen 12:16, 20; 13:1-2; 14:1-2; 14:8-12; ; 14:14-23.

Vous m’appelez Maître et Seigneur; et vous dites bien, car je le suis.Si donc je vous ai lavé les pieds, moi, le Seigneur et le Maître, vous devez aussi vous laver les pieds les uns aux autres;car je vous ai donné un exemple, afin que vous fassiez comme je vous ai fait  (John 13: 13 – 15 – LSG) ”

En étudiant les différents passages où il était question des biens et des richesses que possédait Abraham ainsi que le nombre de serviteurs qui travaillaient avec lui, même sans avoir une juste estimation de son patrimoine d’alors, ce ne serait nullement de l’exagération si nous disons que le patriarche avait presque le statut d’un chef de tribut ou celui d’une petite armée. Quand la Bible nous dit qu’il arma trois cent dix-huit de ses plus braves serviteurs, nés dans sa maison afin de poursuivre des rois qui, après leurs incursions dans plusieurs villes, ont pris des captifs ainsi que leurs biens pour les conduire chez eux, elle nous permet de voir la grande notoriété dont jouissait cet homme, son courage, ainsi que son autorité sur ses serviteurs. Nous n’en avons pas le nombre exact, mais ce qui est certain c’est qu’il en avait une grande quantité pour l’aider à gérer ses biens et à les faire fructifier.

Compte tenu de sa crainte de Dieu, même s’il n’a peut-être pas eu l’habitude d’organiser des cultes spirituels avec les gens de sa maison, rien ne laissera douter qu’il a eu une certaine influence, un impact très positif sur ses proches qui n’ignoraient ni son courage, ni sa piété. D’ailleurs, Agar ne nous donne pas l’impression d’avoir été trop surprise par cette présence angélique. Sinon un tout petit peu. Sa réaction est bien différente de celle d’autres  personnes qui étaient comme terrorisées d’avoir vu l’ange de l’Éternel. Souvenez-vous de la rencontre de Gédéon avec l’envoyé de Dieu dans le livre des Juges: Gédéon, voyant que c’était l’ange de l’Eternel, dit: Malheur à moi, Seigneur Eternel! car j’ai vu l’ange de l’Eternel face à face. Et l’Eternel lui dit: Sois en paix, ne crains point, tu ne mourras pas. (Judges 6: 22 – 23 – LSG).  Quant à Agar, écoutons ce qu’en dit la Bible:Elle appela Atta-El-roï le nom de l’Eternel qui lui avait parlé; car elle dit: Ai-je rien vu ici, après qu’il m’a vue? (Genesis 16: 13 – LSG)  Si Agar fait preuve ici d’une certaine maturité ou connaissance spirituelle, cela était sans doute possible grâce à sa proximité avec son patron Abraham qui faisait fréquemment allusion à son Dieu, mais on ne peut pas dire que c’était tout à fait  le cas pour tous ces collègues.

Pourtant, la réussite de sa réintégration dépendra en partie de l’attitude des ses confrères-esclaves ou ses collègues à son égard lors de son arrivée et pas seulement de celle de leur maîtres. Étaient-ils au courant de sa fuite ? Le bruit courrait-il dans la ferme ? Les autres servantes colportaient-elles l’information ? La promotion un peu déguisée qu’elle a eue en devenant enceinte du patron (leur Maître), a-t-elle laissé un goût amer dans leur palais ? Était-ils jaloux de son physique ou de son charme ? Quoiqu’il en soit, l’attitude du couple va servir d’exemple et de modèle pour le reste des gens de la maison. Le patriarche n’ira peut-être pas jusqu’à convoqué tout le monde pour parler d’une politique commune ou d’une nouvelle stratégie, toutefois l’accueil qui sera offert à Agar servira de source d’inspiration pour les autres. Ils se diront si la maîtresse et le maître de la maison lui a fait bon accueil, nous les autres n’avons qu’à emboîter le pas. Qui sommes-nous pour ne pas les imiter ? Il est vrai que l’on en trouvera toujours qui auront préféré se mettre du côté du frère aîné du fils prodigue (chose que l’on ne saurait jamais éviter), il serait dans l’avantage de tous de se mettre du côté de leur modèle.  N’est-ce pas ce qu’a fait notre Seigneur qui, à l’approche de sa mort, s’est mis à laver les pieds de ses disciples pour mieux leur enseigner ces valeurs qui lui étaient si chères: l’amour et l’humilité ? Il savait pertinemment qu’une action parle mieux qu’un long discours et c’est bien ce qu’Il a fait. Laissons parler les Écritures Saintes:

Après qu’il leur eut lavé les pieds, et qu’il eut pris ses vêtements, il se remit à table, et leur dit: Comprenez-vous ce que je vous ai fait?Vous m’appelez Maître et Seigneur; et vous dites bien, car je le suis.Si donc je vous ai lavé les pieds, moi, le Seigneur et le Maître, vous devez aussi vous laver les pieds les uns aux autres;car je vous ai donné un exemple, afin que vous fassiez comme je vous ai fait.En vérité, en vérité, je vous le dis, le serviteur n’est pas plus grand que son seigneur, ni l’apôtre plus grand que celui qui l’a envoyé.Si vous savez ces choses, vous êtes heureux, pourvu que vous les pratiquiez. (John 13: 12 – 17 – LSG) “

Abraham n’avait pas besoin de donner de conférence de presse ou de faire une convocation spéciale pour demander à tout le monde d’offrir un accueil adéquat à la servante repentante. Les yeux qui l’observaient s’inspireront de l’exemple de leur leader et de leur maître. L’apôtre Paul l’exprimerait de cette façon: Soyez mes imitateurs, comme je le suis moi-même de Christ.Je vous loue de ce que vous vous souvenez de moi à tous égards, et de ce que vous retenez mes instructions telles que je vous les ai données . (1 Corinthians 11: 1 – 2 – LSG)”

ET L’ÉGLISE DANS TOUT CELA ? (Chapitre qui ne sera pas publié sur ce blog)

Auteur Franck DORISTIL
Pasteur, artiste chrétien et responsable de la RCEI (www.radioeben-ezerinternationale.com)

 
Leave a comment

Posted by on July 28, 2018 in Uncategorized

 

LE DÉSERT N’EST PAS TOUJOURS LÀ OÙ ON LE CROIT ÊTRE

LE DÉSERT N’EST PAS TOUJOURS LÀ OÙ ON LE CROIT ÊTRE

«Abram répondit à Saraï: Voici, ta servante est en ton pouvoir, agis à son égard comme tu le trouveras bon. Alors Saraï la maltraita; et Agar s’enfuit loin d’elle. L’ange de l’Éternel la trouva près d’une source d’eau dans le désert, près de la source qui est sur le chemin de Schur. Il dit: Agar, servante de Saraï, d’où viens-tu, et où vas-tu? Elle répondit: Je fuis loin de Saraï, ma maîtresse. L’ange de l’Éternel lui dit: Retourne vers ta maîtresse, et humilie-toi sous sa main.»
‭‭Genèse‬ ‭16:6-9‬ ‭LSG‬‬

En fait, vous êtes-vous jamais demandés pourquoi est-ce pour la route du désert qu’elle a opté lors de sa fuite? N’y avait-il pas d’autre panneaux indicateurs ? S’était-elle trompée de chemin à cause peut-être des larmes qui ruisselaient dans ses yeux ? Les habitués du désert qui me lisent (Dieu sait qu’il y en a) ne peuvent pas ne pas avoir la réponse, car la raison est pareille pour tous. Les gens qui empruntent la route du désert sont ceux qui n’ont personne sur qui compter, personne à qui se confier, personne qui soit capable de les comprendre voire les entendre. Ce sont des gens doux et humbles des fois qui savent faire confiance même à un étranger pour lui raconter leurs souffrances et qui quelques heures après entendent le bruit dans le journal du coin (un métier que peuvent exercer bénévolement certains même à durée indéterminée). Ces personnes déçues, bafouées, trahies, blessées n’ont aucune autre alternative que la route sillonnant le désert. Il ne s’agit nullement d’une faute d’appréciation, c’est la seule issue qui leur est proposée. L’unique porte de sortie. Le pire est que cette route désertique traverse parfois leur propre maison, leur propre assemblée, leur propre travail. Leur désert n’est pas seulement une situation, c’est souvent une ou des personnes incarnant tous les attributs d’un vrai désert: dureté de coeur, insensibilité, haine, jalousie, rancune, esprit critique, etc. Il est très difficile voire impossible pour certains d’y séjourner. Dès qu’ils en sentent la chaleur suffocante, ils ont tendance à prendre la fuite. Mais pour aller où ? Dans un autre désert bien évidemment. Et en France nous dirons qu’ils sont mal barrés.

La bonne démarche est d’y rester car le désert n’a pas qu’une seule facette. Il est vrai qu’il s’agit d’un lieu où passe l’ombre de la mort, un endroit où se baladent les chacals voraces et afammés, c’est là que l’on rencontre Dieu et c’est là aussi qu’il envoie son ange pour offrir sa consolation et sa si douce paix aux âmes endolories, abattues et consternées. Le désert est certes un lieu répulsif certes où il semble n’avoir aucune trace de vie, pourtant Celui qui est LA Vie y viennent régulièrement faire un tour, car les flammes qui s’y échappent sont sans effets sur Lui. Il y vient pour distribuer des grâces abondantes et pour faire des promesses incroyables. Il ne craint ni sa chaleur, ni sa poussière que redoutent tant les touristes. C’est Lui qui les a créés, ils Lui sont soumises.

Chers lecteurs, je vous vais vous dire une chose même si je sais que vous aurez du mal à me croire. J’ai vu de mes propres yeux des leaders ecclésiastiques, des membres de conseils d’église saisir de leurs propres mains un de leurs pour le conduire dans un désert. En dépit de ses supplications, des larmes des membres de sa famille et d’autres sympathisants, ils ont fait la sourde-oreille et l’ont placé sans pitié aucune sur les sables brûlants comme dans un enfer. Et en proie à cette chaleur indescriptible, cette pauvre créature étendue par terre, assoiffée a fait signe à d’autres passant religieux pour lui venir en aide, mais ils se sont tous enfuis, faisant semblant ne pas comprendre son langage.

Église du Seigneur, pasteurs, diacres, anciens et conseillers des églises, l’heure est venue pour que vous vous repentiez. Implorez le Seigneur pour qu’Il vous donne un autre coeur et qu’Il vous purifie les mains. Sous l’effet de la haine, de la rancune, de la jalousie et même du racisme parfois,  vous avez fait fuir les vôtres dans des lieux désertiques. Si leur absence contribue à votre confort ou votre gloire, sachez que c’est aussi un jugement pour vous et l’assemblée que vous dirigez. Associations et Fédérations d’églises, référants de pasteurs, ouvrez-vous les yeux et sortez de vos bureaux pour aller sur le terrain ! Des décisions inhumaines et honteuses sont prises trop souvent dans le Corps de Christ et vous en êtes parfois informés. Dieu vous donne d’être des arbîtres: Jouez donc vôtre rôle ! Proclamez la justice et le pardon ! Si vous ne mettez pas fin à ces petits arrangements entre amis, un jour vous en aurez honte, cela se tournera contre vous. Ne contribuez pas à augmenter la chaleur du désert où l’on  a conduit vos frères et vos soeurs ! Soyez pour eux au contraire des fontaines d’eau limpide et fraîche ! Un jour vous rendrez tous compte de la gestion de votre ministère au souverain Maître et ce jour approche à grand pas. Il est bientôt là !

Vous connaissez sans doute une Agar déboussolée et accablée qui n’a ni la voix, ni le courage pour appeler à l’aide. D’ailleurs elle peut ne plus faire confiance aux gens à cause de ce qu’elle à vécu. Allez sans tarder auprès d’elle pour lui faire savoir que sa place n’est pas dans ce désert arride mais dans la maison, la maison du Seigneur. Si vous refusez d’agir en sa faveur, l’ange de l’Éternel le fera de façon remarquable. Mais attention, tout comme Il a traité Sodome et Ghomorre en quittant la maison d’Abraham pour lui parler des plans de Dieu pour sa vie, Il peut aussi passer vous visiter. Mais serez-vous fiers de l’accueillir alors que vous avez fait exprès d’ignorer les cris de désespoir de la “pauvre servante égyptienne” , ce membre de votre assemblée ?

Agar, ma soeur ! Agar, mon frère ! Prends courage ! Ton Dieu voit ta souffrance et ton humiliation. Son coeur est trop tendre pour t’oublier et t’abandonner dans ce désert. S’Il a permis que tes pieds foulent ce lieu, ce n’est pas pour te faire dévorer par les chacals, ce n’est pas pour consumer ta chair et laisser apparaître ton squelette nu. Ce désert est un lieu de rendez-vous crucial, c’est là que ton Berger veut être en tête à tête avec toi. Il a tant de bonne chose à te dire qu’Il a préféré t’inviter hors des bruits sourds et du luxe de la ville. Ta vie trépidante a été un obstacle à sa douce voix. Profite de ce moment, ce si court instant dans ce lieu unique et de cette ambiance angélique. Courage ! Tiens bon !

Auteur Franck DORISTIL, pasteur pour la RCEI

Extrait d’un livre en préparation sur la vie pastorale

 

 
Leave a comment

Posted by on July 24, 2018 in Uncategorized

 

UN PASSAGE OBLIGÉ AVEC L’HUMILITÉ POUR TOILE DE FOND (Suite de la fuite d’Agar)

UN PASSAGE OBLIGÉ AVEC L’HUMILITÉ POUR TOILE DE FOND
“L’ange de l’Eternel lui dit: Retourne vers ta maîtresse, et humilie-toi sous sa main. (Genesis 16: 9 – LSG)”
… Agar était en train de vivre l’un des meilleurs moments de sa vie. Elle expérimentait ce que de rares hommes de Dieu avant et après elle ont pu expérimenter: Voir Dieu et pouvoir s’entretenir avec son ange seul à seul. A-t-elle bien saisi la portée d’une telle faveur, d’un si grand privilège ? Le Dieu souverain, Créateur de l’univers s’est intéressé à une pauvre servante en fuite, sans ressource ni confort, sans statut spécial ? Le Tout-Puissant ne trouvait-Il pas d’autres personnes mieux placées dans le coin à qui rendre cette surprenante et glorieuse visite ? C’es bien la preuve qu’Il ne fait vraiment pas d’acception de personne. Il ne s’intéresse jamais à l’homme en fonction de ce qu’il est: sa stature, sa position sociale, ses compétences, son éducation ou ses rchesses. Mais ce n’est qu’à cause de Lui-même qu’il le fait, c’est par amour pour son nom qu’il s’est penché sur le dossier de la servante. Pour une femme seule en souffrance, humiliée et maltraitée, que fallait-il de mieux que cette rencontre bénie avec quelqu’un qui a toutes ces qualités qui font tant défaut chez ses paires ? Ne serait-il pas tentant de vouloir rester définitivement en cet endroit, dans cette présence ou poursuivant tout simplement son chemin de fuyard, en remémorant le doux souvenir de cette incroyable et inoubliable journée ? Elle sera peut-être très surprise d’entendre la nouvelle qui va suivre, car elle devra non seulement retourner vers sa maîtresse, elle aura également une tâche supplémentaire à effectuer sur elle-même, dans son propre coeur à savoir: s’humilier sous la main de sa maîtresse.

Mais, n’est-ce pas encourageant pour nous aussi croyants qui un jour ou l’autre pouvons nous trouver dans une situation identique, en fuite dans un lieu désertique à cause d’une situation jugée intenable et invivable ? Savoir que Dieu s’intéresse aux siens, les voit et leur vient en aide là où ils peuvent se trouver rendra moins intense la chaleur suffocante de nos déserts, chassera les poussières du sable mouvant qui risquent de nous aveugler, en rendant impossible tout déplacement. Par ailleurs, Il ne viendra pas pour nous juger ou nous condamner, mais juste pour nous rappeler notre devoir et notre mission non achevée. Loué soit notre merveilleux Dieu qui n’est pas seulement un Dieu de plaines verdoyantes et de vallées fertiles, bien irriguées où il fait bon vivre et où l’écho harmonieux des chants et des rires fous font penser à un paradis terrestre. Le Roi des rois se penche aussi sur le sort des pèlerins du désert, cet endroit isolé où le seul plaisir qui s’offre aux yeux est constitué de carcasses d’arbres desséchés et d’animaux sauvages immobilisés par la terreur de ce lieu rimant avec la mort.

Auteur Franck DORISTIL pasteur pour la RCEI

Extrait d’un livre en écriture sur la vie pastorale

 
Leave a comment

Posted by on July 21, 2018 in Uncategorized

 

LES BLEUS, DAVID ET LE CROYANT: QUELLE ANALOGIE ?

LES BLEUS, DAVID ET LE CROYANT: JUSQU’OÙ VA L’ANALOGIE ?

«David allait et réussissait partout où l’envoyait Saül; il fut mis par Saül à la tête des gens de guerre, et il plaisait à tout le peuple, même aux serviteurs de Saül. Comme ils revenaient, lors du retour de David après qu’il eut tué le Philistin, les femmes sortirent de toutes les villes d’Israël au-devant du roi Saül, en chantant et en dansant, au son des tambourins et des triangles, et en poussant des cris de joie. Les femmes qui chantaient se répondaient les unes aux autres, et disaient: Saül a frappé ses mille, Et David ses dix mille. Saül fut très irrité, et cela lui déplut. Il dit: On en donne dix mille à David, et c’est à moi que l’on donne les mille! Il ne lui manque plus que la royauté. Et Saül regarda David d’un mauvais œil, à partir de ce jour et dans la suite. Le lendemain, le mauvais esprit de Dieu saisit Saül, qui eut des transports au milieu de la maison. David jouait, comme les autres jours, et Saül avait sa lance à la main.»

‭‭1 Samuel‬ ‭18:5-10‬ ‭LSG‬‬

Vivant dans une société où la foi en Dieu et la connaissance de sa parole ne sont pas données à tout le monde, il est tout à fait normal que certaines des valeurs chrétiennes et des exigences divines soient ignorées de la majorité des gens. C’est l’une des raisons pour lesquelles le croyant doit faire preuve d’une grande prudence, et de compréhension quand il observe les païens autour de lui. Au lieu d’être prêt à les condamner et les juger pour la moindre différence qu’il aura constatée entre sa façon de vivre et la leur, usera plutôt de patience, d’amour et de tolérance à leur égard, en priant pour que Dieu fasse son œuvre en eux. En toutes circonstances, il faut éviter d’avoir l’esprit de ces quelques disciples de Jésus qui lui on demandé la permission de faire descendre le feu du ciel sur ceux qui refusaient de l’accueillir avec son message. “Les disciples Jacques et Jean, voyant cela, dirent: Seigneur, veux-tu que nous commandions que le feu descende du ciel et les consume?Jésus se tourna vers eux, et les réprimanda, disant: Vous ne savez de quel esprit vous êtes animés.Car le Fils de l’homme est venu, non pour perdre les âmes des hommes, mais pour les sauver. Et ils allèrent dans un autre bourg . (Luke 9: 54 – 56 – LSG)

Avec la ferveur populaire qu’a fait naître la victoire de l’équipe de France, nous verrons sans doute des gens prêts à adorer leurs stars dans des élans de joie proche de l’hystérie. Que peut le croyant face à ces débordements ? Quelle doit-être son attitude  à l’heure égard ? Lui faut-il tout condamner en bloc en regardant ses prochains avec mépris et condescendance ? Sachez que de telles attitudes se sont pas inspirées par le Saint-Esprit et n’honorent pas notre Dieu de grâce et d’amour. Nous devons certes nous opposer à tout ce qui est en contradiction avec notre foi, mais notre attitude doit avoir un bon fondement biblique pour être bien équilibrée. Il convient absolument d’avoir une bonne connaissance des Écritures Saintes avant de prendre des positions publiques en tant que chrétiens. Et pour cette occasion particulière, cet événement survenu en Israël à l’époque du roi Saül, dont un extrait vous a été proposé au début de l’article, peut nous servir de référence.

Je vous invite donc à relire cette histoire pour vous en faire une idée. Il y est aussi question de liesses populaires après une cuisante victoire d’un jeune israélite méconnu du grand publique du nom de David. En un temps record, ce petit paysan fils de berger et berger lui-même a accompli un incroyable exploit le propulsant au sommet de la gloire dans son pays. Les femmes de son peuple en provenance de toutes les villes  éprises de ses performances et surtout de sa jeunesse lui ont composé une chanson pour célébrer la victoire. Étonnamment, la personne qui devrait en être l’une des plus heureuses était en fait la plus malheureuse. Il s’agit du roi du pays du nom de Saül. Un mauvais esprit a pris place dans son coeur et l’a poussé à haïr d’une haine sans égal le jeune vainqueur. La suite de l’histoire sera très triste car, c’est cet esprit de haine et de jalousie avec d’autres complications qui entraînera aussi sa mort.

Ce qui est surprenant dans ce récit c’est que Dieu n’a pas condamné le peuple pour avoir célébré cette victoire. On sait qu’Il en était certes le vrai auteur, mais dans les chants il était question de David d’abord et ensuite Saül. Pourquoi n’ont-ils pas mis le nom de Dieu dans cet hymne? Je n’ai pas de réponse. Une chose dont je peux être sûr c’est que Dieu n’en volait pas au peuple d’avoir célébré cette belle victoire. Dieu sachant qu’il avait à faire à des êtres humains libres d’exprimer leur joie n’a prononcé aucune condamnation. Il pouvait dire à ces femmes heureuses: Arrêtez ! Avez-vous la mémoire courte? Qui a permis à David de battre ce géant Goliath, le représentant des Philistins qui il y quelques jours mettait en fuite vos soldats ? Qui a dirigé cette pierre d’une simple fronde vers le front de ce redoutable homme ?  Regardez, si vous continuez à chanter pour le jeune enrôlé de l’armée de Saül en me laissant de côté je vous…  Mais fort heureusement Dieu n’a pas agi de la sorte, Il est resté Dieu sans rentrer dans le jeux pervers de Saül. Dans sa parole ne sommes-nous pas exhortés de chanter si nous sommes dans la joie et également de nous réjouir avec ceux qui se réjouissent ? Quand la France est touchée par le deuil nous sommes attristés avec elle et pour elle; de même, aujourd’hui elle se réjouit pour sa victoire partageons sincèrement sa joie.

Aujourd’hui sur les réseaux sociaux on peut lire des messages de tous genres postés par des au sujet de la Coupe du Monde gagnée par la France et le sentiment patriotique exprimés par les foules d’admirateurs des Bleus. Il est fort probable de trouver parmi eux des gens animés du même esprit que celui qui animait Saül, ce roi jaloux et envieux qui a grandement déplu à Dieu. L’amour et le respect pour son nom ne sont pas toujours à la base de ces jugements légalistes. C’est parfois un cocktail de sentiments liant frustration, jalousie, racisme et une caricature de la vraie piété qui en sont l’arrière-plan. Dieu seul sait si les joueurs de l’équipe de France n’étaient que des blancs, que des juifs, que des arabes, que des noirs, ou si c’était leur propre pays qui était à cette position si le discours ne serait pas tout le contraire. Celui qui lit les pensées les plus secrètes des coeurs est capable de détecter les vraies motivations de chacun.

Sur ce mes bien-aimés, faisons un effort pour ne pas être plus divins que Dieu face au triomphe de ses créatures mais d’user plutôt de bonté, de courtoisie et d’altruisme en toutes circonstances. Après tant de jours de morosité dus à ces grèves pénalisantes et répétitives, après des épreuves du bac si épuisantes, après une longue année de travail, avant de partir en vacances, nos compatriotes français n’avaient-ils pas besoin de cette bouffée d’air qui a pu, en un rien de temps, redonner le sourire au plus grand nombre ? Je vous laisse avec cette parole de la Bible:  “Bénissez ceux qui vous persécutent, bénissez et ne maudissez pas. Réjouissez-vous avec ceux qui se réjouissent; pleurez avec ceux qui pleurent. Ayez les mêmes sentiments les uns envers les autres. N’aspirez pas à ce qui est élevé, mais laissez-vous attirer par ce qui est humble. Ne soyez point sages à vos propres yeux. Ne rendez à personne le mal pour le mal. Recherchez ce qui est bien devant tous les hommes. S’il est possible, autant que cela dépend de vous, soyez en paix avec tous les hommes . (Romans 12: 14 – 18 – LSG) “

Auteur Franck DORISTIL pasteur pour la RCEI

Site officiel: http://www.radioeben-ezerinternaionale.com

 
Leave a comment

Posted by on July 16, 2018 in Uncategorized

 

CES ASSEMBLÉES QUI SIPHONNENT LES FIGITIFS ABANDONNANT LA LEUR

ATTENTION AUX ÉGLISES-SIPHONS ET AUX ASSEMBLÉES-ASPIRATEURS !
L’ange de l’Eternel la trouva près d’une source d’eau dans le désert, près de la source qui est sur le chemin de Schur. Il dit: Agar, servante de Saraï, d’où viens-tu, et où vas-tu? Elle répondit: Je fuis loin de Saraï, ma maîtresse. L’ange de l’Eternel lui dit: Retourne vers ta maîtresse, et humilie-toi sous sa main. L’ange de l’Eternel lui dit: Je multiplierai ta postérité, et elle sera si nombreuse qu’on ne pourra la compter.L’ange de l’Eternel lui dit: Voici, tu es enceinte, et tu enfanteras un fils, à qui tu donneras le nom d’Ismaël; car l’Eternel t’a entendue dans ton affliction . (Genèse 16: 1 – 11 – LSG)

“Retourne vers ta maîtresse !” N’est-ce pas ce même ordre que la Tête de l’église par le truchement de son Esprit murmure sans cesse au creux de l’oreilles de bon nombre de chrétiens aujourd’hui ? Lesquels se permettent bien trop facilement de fuir leur assemblée à cause des bagatelles qui pouvaient se régler en juste quelques minutes, après la prière, dans une discussion ouverte, sincère et respectueuse. Sans même chercher à connaître la volonté de Dieu pour nos vies et la direction qu’Il veut donner aux ministères qu’Il nous a confiés, est-ce normal de n’en faire qu’à nos têtes, en l’écartant d’une si importante décision ? Le pire, c’est que certaines assemblées fonctionnant comme des siphons et des aspirateurs, ne se posent même pas de question lorsque de tels fuyards viennent frapper à leurs portes. Sans se demander qu’est-ce qui peut pousser des croyants si dévoués à abandonner leurs églises après tant d’années de collaboration, elles osent même rendre gloire à Dieu d’avoir envoyé tant de brebis en fuite dans leurs rangs et leur ouvrent en grande pompe le tapis rouge. Sans vouloir être trop sévère dans mon analyse, je me demande est-ce qu’une telle attitude les rend pas complice de cet en ennemi que divise tant le Corps de Christ ? Souvent ces fuyards ne se dirigent que vers les mega-églises où la surpopulation rend des fois tellement difficile l’alimentation et les soins individuels dont chaque brebis a droit.

“Retourne vers ta maîtresse…” C’est bien ce que chaque leader, chaque croyant devrait avoir le courage de conseiller courtoisement toutes les fois qu’ils ont en face d’eux un membre quittant son église pour un rien. Je sais que la quantité a son bon côtés pour les entrées, compte tenu des nombreuses dépenses à couvrir, néanmoins, si nous voulons avoir les mains nettes devant Dieu et ne pas porter ce titre honteux d’église-aspirateur de fugitifs, il faudra oser. Oser prendre en charge ces futurs membres potentiels, les accompagner jusqu’au bout voire leur servir de médiateur pour faciliter leur retour et leur réintégration dans leur assemblée d’origine. Ici, il ne s’agit pas d’une plaisanterie. Dieu aime trop son église pour prendre plaisir en même temps à de telles dérives. Cette situation doit être prise très au sérieux si nous voulons voir les bénédictions de Dieu parmi nous et dans nos vues. Comment pouvez-vous avoir le courage d’accueillir parfois toute une famille venant d’une assemblée se situant dans bien des cas dans la même ville, la même commune ou la même rue sans la moindre hésitation ? Si les membres de nos églises savaient qu’il leur sera poser des questions pertinentes à leur arrivée dans une nouvelle église, s’ils avaient compris qu’il était possible qu’on leur conseille de “retourner chez leur maîtresse” ils réfléchiraient dix fois de plus avant de s’échapper de la leur et de disparaître dans la nature. Dans un autre chapitre, je viendrai avec des suggestions en vue d’une nouvelle structure ou commission dont la mission serait de faciliter la réinsertion des membres fugitifs. Pour l’instant revenons à notre histoire pour voir la suite de l’intervention de l’ange de l’Éternel.

Auteur Franck DORISTIL
Pasteur pour la RCEI
Extrait d’un livre en préparation sur la vie pastorale

 
Leave a comment

Posted by on July 15, 2018 in Uncategorized

 
 
%d bloggers like this: